Anil Gayan: «La NATReSA a failli dans sa tâche…»

Avec le soutien de
(Photo d’archives) Le ministre de la Santé a poursuivi sa déposition devant la commission d’enquête sur la drogue, jeudi 30 juin.

(Photo d’archives) Le ministre de la Santé a poursuivi sa déposition devant la commission d’enquête sur la drogue, jeudi 30 juin.

La déposition du ministre de la Santé devant la commission d’enquête sur la drogue s’est poursuivie, jeudi 30 juin. Anil Gayan a été très critique envers la National Agency for the Treatment And Rehabilitation of Substances Abuses (NATReSA). Il a dénoncé plusieurs manquements au sein de l’organisme.

«La NATReSA ne fonctionnait plus depuis bien longtemps. Elle a failli dans sa tâche en ce qui concerne la prévention et la réhabilitation», a expliqué le ministre. Pour soutenir ses propos, Anil Gayan a cité plusieurs rapports effectués sur la NATReSA, notamment le rapport Appavoo & Associate en 1998 ou encore celui sur Alain Louis en 2014.

Anil Gayan a, dans la foulée, indiqué qu’il y a «un manque de personnel qualifié au sein de l’organisme. Mon ministère a tenté de rétablir la situation en venant de l’avant avec un plan d’action. En vain».

Réplique cinglante

La réplique du président de la commission a été cinglante suite aux propos du ministre de la Santé. «Si j’étais votre conseiller, j’aurai renvoyé tous les membres du board. La NATReSA était une agence nationale. Le Chairman ne peut être blâmé pour des décisions prises. D’ailleurs les membres du board sont nommés avec l’approbation du ministre», a déclaré l'ex-juge Paul Lam Shang Leen.

Par ailleurs, en ce qui concerne la fermeture de la NATReSA, le ministre a indiqué qu’il compte venir de l’avant avec une nouvelle institution. Toutefois, à ce stade, Anil Gayan dit ne pas être en mesure de confirmer si cette nouvelle agence sera mise sur pied après un «Act of Parliament».

Commentant l’usage du cannabis à des fins médicales, Anil Gayan affirme qu’il faut être prudent. «En l’absence de recherche basée sur des évidences we cannot embark on that», a-t-il fait ressortir. Il a ajouté que si toutefois les bienfaits du cannabis sont avérés bénéfiques, le gouvernement viendra de l’avant avec un protocole pour qu’il soit utilisé à des fins médicinales.

Répondant à une question du président de la commission, le ministre a affirmé ne pas être au courant si des partis politiques sont financés par des individus liés à des trafics de drogue. «C’est d’ailleurs dans cette optique que le gouvernement vient de l’avant avec une loi pour expliquer les unexplained wealth», devait ajouter Anil Gayan.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires