Brexit : «Le gouvernement a manqué de prévoyance», dit Paul Bérenger

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition a consacré une grande partie de sa conférence de presse de ce samedi 25 juin au Brexit. Paul Bérenger est d’avis que le gouvernement n’a pas prévu l' impact que provoquerait la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne sur Maurice. Ce, alors qu’il avait, dit-il, prévenu la majorité de l’importance d’anticiper cette situation.

«Gouverner, c’est prévoir. Lorsque je l’avais dit au Premier ministre lors de la PNQ, le 14 juin dernier, il m’avait répondu que je tentait d'organiser les funérailles avant la mort et qu’il était donc prématuré d’en parler. Voilà que le référendum les a pris de court. C’est vendredi que Pravind Jugnauth a convoqué la réunion entre le secteur public et le privé», lâche le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), pour en discuter.

Selon Paul Bérenger, les autorités ont «très mal géré cette affaire». Pour lui, «le gouvernement a péché par son imprévoyance totale sur ce dossier».

Lors de sa rencontre avec la presse, le leader de l’opposition a quelque peu donné des indications sur la teneur  de ce qui pourrait être à l’agenda de sa prochaine Private Notice Question. «Il y a toute les questions post-Brexit mais aussi sur le dossier des Chagos», a-t-il soutenu.

En évoquant justement le dossier des Chagos, le leader de l’opposition dit condamner le ton employé par la Grande-Bretagne et les États-Unis dans leur lettre conjointe adressée à Maurice. «C’est d’un ton très peu diplomatique et menaçant que les deux pays se sont adressés à Maurice sur la question de souveraineté sur les Chagos», rajoute Paul Bérenger, tout en précisant que, de son côté, le gouvernement et sir Anerood Jugnauth ont, une fois de plus, «mishandled» cette affaire.

«Il aurait fallu, après les élections, que le gouvernement reprenne l’initiative lancée par moi en 2001», affirme-t-il. Initiative qui menée par le régime d’alors  visait à établir des contacts avec la présidence des Etats-Unis et le gouvernement britannique sur cette question épineuse.

Également à l’agenda du point de presse : MV Benita. Paul Bérenger estime qu’il faut faire la lumière sur les circonstances ayant conduit ce navire à s'échouer sur le récif du Bouchon. «Que s’est-il passé durant les huit heures qui ont précédé l’arrivée des secours ?» s’interroge le leader du MMM. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires