L'express leaks

Avec le soutien de

La semaine a été riche en événements. Du remboursement des SCBG au Brexit, en passant par l'échouement du MV Benita,  voici les informations cachées qu'on vous dévoile.

LE TRIUMVIRAT DE LA DISCORDE

Ce triumvirat composé de deux locataires en vue du bâtiment du Trésor et d’un homme de loi, candidat battu aux législatives de décembre 2014, est de plus en plus contesté au sein du monde hippique. Surtout que le fils d’un des deux officiels du PMO est aussi propriétaire de cheval au sein d’une écurie. L’on souhaite par-dessus tout avoir des réponses quant à l’inertie de la police des jeux face aux maldonnes souvent décriées au Champ-de-Mars.

 

SIRANDANE

Mo mem ti rédakter an sef zournal ki ti éklat sa zafer koripsyon-la. Azordi mo manz ansam ek misiéla, mo al dan so rénion, mo pran lord ar li ek mo dir li «wi misié ou éna rézon, zournalis pé ékrir lor ou pou nanié».

 

LA GUERRE DES PROFITEURS

C’est la guerre ouverte entre un responsable et un coordonnateur au sein du département CSR d’une compagnie où l’État est l’actionnaire majoritaire. Les deux proches fraîchement recrutés d’un membre influent du gouvernement ne peuvent pas se sentir. Chacun tente de tirer profit de leur proximité avec ce ministre. Et dire que la communication aurait dû être leur fort. 

 

HONG KONG OU CHINE ?

Alors que l’indépendance de Hong Kong revient au centre des débats après l’arrestation de quatre libraires, à Maurice les autorités sanitaires font la distinction entre Hong Kong et «mainland China». Administrativement c’est peut-être le même pays, mais «sanitairement» pour nous, il importe de faire cette distinction pour le suivi sanitaire. On ne nous en dira pas plus.

 

SOLIDARITÉ SILENCIEUSE

Au moins deux ministres du présent régime nous ont témoigné leur indignation face à la décision de madame la Speaker de suspendre Touria Prayag du Parlement. «Vous voyez ce qui se passe quand le Speaker n’a pas de formation juridique», nous a confié l’un des deux timidement. Mais officiellement, nous expliquent-ils gênés, ils ne peuvent pas prendre position. Après les parlementaires censurés, c’est au tour des ministres d’avoir peur d’exercer leur liberté de parole.

 

DÉPART OU RETOUR À LA CASE DÉPART ?

Ce directeur par intérim d’une institution de l’État va-t-il opter pour un départ plutôt que de retourner à son ancien poste après la récente nomination d’un nouveau directeur ? Le principal concerné attend, lui, une réponse d’ici fin juin concernant une bourse d’études avancées. Un heureux dénouement dans ce sens accélérera certainement sa décision.

 

LE COUP DU BUDGET

Pravind Jugnauth semble avoir trouvé la bonne formule pour ne pas avoir à rencontrer les activistes de son parti. En effet, ils sont nombreux à demander des rendez-vous, surtout depuis que le ministre des Finances a pris ce porte-feuille ministériel. Mais sa réponse est claire : «Je vais vous rencontrer plus tard, je suis occupé avec le Budget là !»

 

LES PROFITS  DE VISHNU

Les résultats du référendum sur le Brexit ont causé une vague de froid à Maurice. Sauf pour une personne. Avec la chute de la livre sterling, l’emprunt controversé de Vishnu Lutchmeenaraidoo lui a rapporté au moins 7 % de profit... en deux jours ! Certaines mauvaises langues s’amusent à dire qu’il connaissait déjà l’issue du scrutin à l’époque de son prêt...

 

WONG SABORDÉ PAR UN COLLÈGUE

Des fissures, il n’y en a pas que dans la coque du «MV Benita». Il y en a aussi au sein de la majorité gouvernementale. «Cette affaire d’échouement n’est pas mal gérée, elle est très mal gérée.» C’est un député MSM qui parle. Et qui, en privé, ne cache pas son peu de goût pour les «coups médiatiques» d’Alain Wong. «Qu’il nous explique comment les garde-côtes n’ont pas vu arriver un bateau de 70 000 tonnes au lieu de fanfaronner en tenue de plongée !» Dans le même bateau, le MSM et le PMSD ?

 

CHÈQUES EN BOIS  SIGNÉS FASHION STYLE

Personne ne peut confirmer si c’est une première, mais c’est sans aucun doute très peu usuel. Il se chuchote que des officiers de la firme BDO, engagée depuis décembre 2015 pour redresser, au nom d’un consortium de banques, le groupe Fashion Style, ont signé deux chèques en bois au début de l’année, au nom de cette compagnie ! Par la suite, des chèques approvisionnés ont été émis en remplacement, mais ces premiers chèques non honorés ont jeté (on le comprend !) la consternation. Ils ne seraient d’ailleurs pas sans conséquence.

 

LA SCIENCE N’Y A PAS SA PLACE

La présence d’objets brûlés sur le terrain a été pour eux une indication visuelle que celui-ci n’était pas marécageux. Voici l’explication officielle des inspecteurs de l’environnement sur l’obtention du permis EIA par une firme privée pour la construction d’une centrale électrique aux Grandes Salines. Le ministère a dû retirer le permis par la suite, en constatant qu’en effet le terrain est marécageux. Comme quoi, la science ne peut pas rivaliser avec la logique des fonctionnaires.

 

SCBG : DES POCHES DES CONTRIBUABLES…

Le paiement des SCBG a repris à partir de la semaine écoulée, notamment pour ceux ayant investi moins de Rs 1 million. Mais maintenant que l’argent de Britam est dépensé, que l’opération NIC semble en panne et que la vente d’Apollo Bramwell est sous chloroforme, on s’interroge sur le remboursement des  Rs 3,9 milliards empruntés à la Banque centrale. Qui va payer, sinon le contribuable ?

 

SCBG (BIS) : LA ROUPIE DE TROP

Si d’aucuns s’offusquent du montant de Rs 999 999 pour le remboursement des détenteurs du SCBG, d’autres confirment que le même problème serait survenu avec le chiffre rond de Rs 1 million. Car, affirme-t-on, environ une soixantaine de détenteurs ont investi une roupie de plus, soit Rs 1 000 001, pour que celle-ci porte bonheur. Pas très réussi du coup.

 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires