Dommages de Rs 50 millions: Ish Sookun dépose en cour

Avec le soutien de
Ish Sookun lors de sa comparution à la Bail & Remand Court, le 25 janvier.

Ish Sookun lors de sa comparution à la Bail & Remand Court, le 25 janvier.

Arrêté dans le cadre de l’enquête sur le courriel menaçant Maurice d’une attaque terroriste, Ish Sookun, Linux System Administrator à La Sentinelle, n’a cessé de clamer son innocence. D’ailleurs, il qualifie son arrestation d’arbitraire. Raison pour laquelle il a déposé une plainte en Cour suprême, le mardi 21 juin, pour réclamer des dommages de Rs 50 millions conjointement et solidairement à l’État, au commissaire de police Mario Nobin, à l’assistant commissaire de police Heman Jangi, à l’assistant surintendant de police Tritudeo Dawoodarry, à l’inspecteur Robin Bundhoo et au Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, Senior Counsel.

Dans sa plainte, rédigée par Me Luvi Mootoosamy, avoué, Ish Sookun fait l’historique de son arrestation, de sa comparution en cour, de sa libération sous caution et de l’abandon du procès par le DPP. Il indique que des membres du Central CID ont procédé à son arrestation le 23 janvier chez lui, à Quartier-Militaire. De préciser qu’ils ont effectué une perquisition à son domicile et l’ont accusé d’être impliqué dans des actes terroristes.

Ish Sookun affirme que les agissements des policiers l’ont traumatisé. Et d’ajouter que sa famille et lui ont été humiliés par la façon dont la police l’a arrêté en présence de ses voisins et membres du public qui se sont regroupés devant sa maison.

L’informaticien a été détenu au poste de police de Rivière-des-Anguilles avant d’être présenté devant la Bail and Remand Court où une charge provisoire, en vertu du Prevention of Terrorism Act, a été déposée contre lui le 24 janvier. La police avait objecté à sa remise en liberté conditionnelle. Il avait par la suite été transféré au centre de détention de Moka. Ish Sookun a été libéré sous caution le 2 février. Son avocat avait présenté une motion pour que la charge provisoire qui pesait contre lui soit rayée.

Deux mois plus tard, la charge a été rayée. Mais cette affaire, dit-il, a terni la réputation de sa famille.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires