L’Anti-personnel mines and cluster munitions (Prohibition) Bill voté

Avec le soutien de
L’«Anti-personnel mines and cluster munitions (Prohibition) Bill» a été présenté en troisième lecture, mardi 21 juin.

L’«Anti-personnel mines and cluster munitions (Prohibition) Bill» a été présenté en troisième lecture, mardi 21 juin.

Il s’agit d’une loi contre l’utilisation et pour la destruction des mines antipersonnel. L’Anti-personnel mines and cluster munitions (Prohibition) Bill a été présenté en troisième lecture, hier, à l’Assemblée nationale. Il a été voté avec amendement avant l’ajournement des travaux. Il n’y avait que très peu de députés à se prononcer sur ce projet de loi, hier.

Le leader de l’opposition Paul Bérenger figurait parmi les orateurs. Mais ayant choisi de boycotter la journée parlementaire, il n’est pas intervenu. Du côté de la majorité, c’est l’unanimité. Les intervenants, c’est-à-dire, le Premier ministre, le ministre de la Santé Anil Gayan, les députés Guito Lepoigneur, Eddy Boissezon et Raj Dayal ont tous évoqué les raisons qui font qu’une telle loi est nécessaire.

Parmi celles-ci, le fait que Maurice est signataire de deux conventions, celle d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel et celle des Nations unies sur les bombes à sous-munitions. Lors de son intervention, le ministre Anil Gayan a souligné la chance qu’ont les Mauriciens de vivre dans un pays où il n’y a pas de mines antipersonnel. «Mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas se sentir concernés», précise-t-il. Le ministre de la Santé a ensuite ajouté que cela prendra des centaines d’années avant que le monde ne se débarrasse de ses mines antipersonnel.

Tous, Anil Gayan, Guito Lepoigneur et Eddy Boissezon, ont relevé le fait que, souvent, ce sont les civils qui sont les plus touchés par les mines antipersonnel. Quant à Danielle Selvon, elle a, à maintes reprises, tenté d’expliquer que notre pays devrait s’indigner du fait que les États-Unis n’ont pas ratifié les deux conventions signées par Maurice et que les Américains continuent d’entreposer des armes sur un territoire appartenant au pays.

La députée a été interrompue par la Speaker Maya Hanoomanjee, qui a jugé que ses propos n’étaient pas en ligne avec les paramètres du projet de loi. La députée Selvon a ensuite terminé son discours prématurément avant de faire un walk-out. Après l’intervention des parlementaires, le Premier ministre s’est abstenu de faire un discours pour conclure les débats. Il a simplement évoqué l’unanimité autour de ce projet de loi. Après quoi, celui-ci a été voté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires