Coups de feu à St-Hubert: un lien avec ceux de la rue St-Georges?

Avec le soutien de
Nicholas Adrien lors de sa comparution en cour de Mahébourg, le lundi 20 juin.

Nicholas Adrien lors de sa comparution en cour de Mahébourg, le lundi 20 juin.

Y a-t-il un lien entre les coups de feu au domicile de Vishal Shibchurn, le dimanche 19 juin, et ceux à la rue St-Georges? C’est ce que tentent de savoir les officiers du Central Criminal Investigation Department (CCID). Ils ont retrouvé des douilles chez Vishal Shibchurn, à St-Hubert. Celles-ci font l’objet d’un examen balistique pour déterminer si elles sont identiques à celles qui ont été utilisées dans l’attaque contre l’ambassade de France, le mois dernier.

Lors de sa déposition au poste de police de Cent-Gaulettes, dimanche, Vishal Shibchurn, âgé de 42 ans, a donné deux noms à la police: Jean Patrick Adrien et Nicholas Adrien. Il a souligné avoir aperçu «Lolo Adrien» (Nicholas) dans sa cour, prenant la fuite, un fusil à la main. Par ailleurs, le 7 juin, le quadragénaire avait indiqué aux hommes de l’assistant surintendant de police Behary de la CID détenir des informations au sujet des tirs à la rue St-Georges. Il avait même sollicité une protection policière aux Casernes centrales.

«Vengeance»

Quant aux deux suspects, ils ont été soumis à un interrogatoire par la CID de Rose-Belle. Ils ont nié toute implication dans la tentative d’assassinat de Vishal Shibchurn. Selon eux, ils sont victimes d’une vengeance pour avoir dénoncé, lors d’une conférence de presse, un gang qui sème la terreur dans le Sud. D’après nos renseignements, une équipe du CCID pourrait questionner les frères Adrien à nouveau. Les limiers souhaitent déterminer si les suspects possèdent une arme à feu ou s'ils l'ont déjà utilisée.

Une parade d’identification est prévue cette semaine au cours de laquelle la présumée victime devra confirmer l'identité du tireur. La police, de son côté, a affaire à deux groupes qui chacun accuse l'autre  d’être mêlé à plusieurs cas de violence rapportés ces dernières semaines. Elle compte mettre les bouchées doubles afin de mettre un terme à ces agressions dans cette partie de l’île.

Publicité
Publicité

Vishal Shibchurn se retrouve encore une fois mêlé à une affaire d’agression. Ce pompier, suspendu de ses fonctions depuis maintenant 18 mois, est également soupçonné dans le cadre d’un braquage de la State Bank of Mauritius. Lors d’une perquisition à son domicile, la police a retrouvé arme à feu, balles et plantes de cannabis. Notre dossier sur ce personnage controversé.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires