Naufrage du MV Benita: le gouvernement privilégie l’environnement aux dépenses

Avec le soutien de
Les autorités mauriciennes ont quadrillé le secteur au Bouchon, afin de limiter les dégâts causés par le fioul répandu dans la mer.

Les autorités mauriciennes ont quadrillé le secteur au Bouchon, afin de limiter les dégâts causés par le fioul répandu dans la mer.

«Est-ce que ça nous intéresse financièrement pour le pays ? Mem Prémié minis inn dir nou pa pou gété, bizin sov lanvironnman.» Déclaration lundi 20 juin du ministre Alain Wong, qui assure la suppléance à l’Environnement, sur l’aspect financier que peut coûter l’opération de sauvetage du MV Benita, qui s’est échoué sur les récifs du Bouchon jeudi. Selon le ministre, le propriétaire du navire et son assureur sont en négociation sur la meilleure formule de financement.

Pour l’heure, la préoccupation majeure du gouvernement est de protéger autant que possible l’environnement marin et côtier. Les autorités sont prêtes à mettre le paquet tant en ressources humaines,financières que logistiques pour atténuer l’impact de ce désastre sur les côtes. D’où l’implication personnelle du ministre Wong dans une opération de plongée sous-marine hier afin de faire un constat de l’impact actuel du navire échoué sur le paysage marin.

Le gouvernement, dans une situation d’urgence, adopte la même posture pour le MV Angel, un vraquier panaméen, qui s’était échoué au large de Poudre-d’Or en août 2011. Elle est caractérisée par une prédisposition à prendre une part active dans toutes les opérations, jusqu’à ce que le navire soit tiré d’affaire et l’environnement mis hors de danger.

Une fois ce processus terminé, le gouvernement fera les comptes et soumettra la facture au propriétaire du bateau et à sa compagnie d’assurances, pour un dédommagement. Pour le MV Angel, l’État s’était tourné vers le capitaine Lothar Friis de l’Independent Salvage Consultant, chargé des opérations de renflouage. Il avait sollicité un remorqueur du Sri Lanka ainsi qu’un second du Mozambique.

La note pour le déséchouage du MV Benita devrait être salée. Une source, qui ne veut pas s’aventurer sur les chiffres, estime que la facture devrait tourner autour de plusieurs millions de roupies. Depuis que les autorités mauriciennes ont quadrillé le secteur, plusieurs effectifs sont à pied d’oeuvre pour mitiger les dégâts qu’ils soient du côté des ministères, de la National Coast Guard (NCG) et la Special Mobile Force.

Du côté de la NCG, environ 40 membres ont été déployés en permanence sur la plage du Bouchon. Selon une source autorisée, les hélicoptères de l’Helicopter Squadron basé à l’aéroport SSR ont effectué environ 50 sorties jusqu’au navire, depuis le début des opérations. Hier, ces appareils ont fait une vingtaine de sorties (voir encadré). «Ce va-et-vient continuera ainsi pendant une semaine», dit la source.

Le gouvernement, dit le ministre Alain Wong, n’a pas voulu faire les choses à demi-mesure, d’où la décision d’avoir recours à l’avis de plusieurs experts. «Je ne peux pas considérer l’avis d’une seule compagnie», affirme-t-il. Ce qui implique des coûts additionnels pour l’État.

Quant au ministre de l’Économie océanique et de la pêche, Prem Koonjoo, il a donné l’assurance que la douzaine de pêcheurs enregistrés de la région seront indemnisés dans leur intégralité, comme ce fut le cas dans le passé. Encore des dépenses qui seront ajoutées à la facture. «Nou pou ténir nou parol», assure-t-il.

145 tonnes de fioul

La journée de lundi a été marquée par un transfert d’équipements de l’Hélicopter Squadron, basé à l’aéroport, jusqu’au MV Benita. Selon la NCG, les 145 tonnes de fioul collectées seront enlevées à partir de ce mardi. Cette opération s’étalera sur cinq jours. Un autre remorqueur, plus puissant, est attendu à Port-Louis d’ici 10 jours, au départ d’Abu Dhabi. «Le navire a besoin d’une puissance plus forte pour se dégager», confie notre interlocuteur.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires