Boskalis: Pravind Jugnauth agacé, Sherry Singh «ne savait pas»

Avec le soutien de

Entre un Internet défaillant en cour et une correspondance «confidentielle» entre l’Attorney General et l’avocat de Prakash Maunthrooa, l’affaire Boskalis est devenue, selon le leader de l’opposition, le «cover up» du siècle.

Voici les réactions de Pravind Jugnauth et de Sherry Singh, le CEO de Mauritius Telecom.

Peut-on surmonter l’écueil contre lequel bute le procès intenté à Prakash Maunthrooa, Senior Adviser au bureau du Premier ministre, et Siddick Chady? Oui, selon le Mouvement militant mauricien (MMM).

Le député Reza Uteem a demandé à l’Attorney General d’intervenir auprès des autorités néerlandaises pour qu’elles acceptent de collaborer à nouveau. Appel qui intervient six jours après que la cour de Rotterdam a envoyé une correspondance à la justice mauricienne pour l’informer qu’elle ne souhaite plus coopérer. La raison: l’échec des nombreuses séances de visioconférence censées permettre aux deux témoins néerlandais, Antonious Theodorous de Goëde et Jan Cornelis Haak, de déposer.

D’ailleurs, c’est Jan Cornelis Haak qui avait avoué avoir remis des pots-de-vin de plus de Rs 3 millions en dollars et en euros à Siddick Chady pour que Boskalis, la firme qui les emploie, obtienne un juteux contrat de dragage du port. Or, il n’a pu livrer son témoignage puisque la connexion Internet en cour n’a jamais marché comme il le fallait pour qu’il intervienne de la cour de Rotterdam.

En attendant que le bureau du Directeur des poursuites publiques propose une solution pour contourner ce problème ou qu’il se retrouve dans l’obligation d’abdiquer et de demander l’arrêt du procès en l’absence de ces deux témoignages cruciaux, Reza Uteem argue que sous le traité de la Mutual and Legal Assistance, «seul l’Attorney General peut formuler une telle demande. Le MMM demande ainsi à Ravi Yerrigadoo de jeter son poids dans la balance pour que cette collaboration reprenne». Selon nos informations, c’est le prédécesseur de Ravi Yerrigadoo, en l’occurrence Satish Faugoo, qui avait sollicité et obtenu l’aide des autorités néerlandaises.

«Cover up du siècle»

Ravi Yerrigadoo, précisons-le, est dans ligne de mire du MMM avec l’affaire Boskalis en toile de fond. Samedi 11 juin, lors de sa conférence de presse, Paul Bérenger a qualifié cet événement de «cover up du siècle» après que l’express a révélé l’existence de correspondances entre Ravi Yerrigadoo et l’avocat de Prakash Maunthrooa. Le leader de l’opposition avait demandé à l’Attorney General de révéler la teneur de ces correspondances.

Ravi Yerrigadoo a, lui, refusé de commenter cette déclaration de Paul Bérenger. Face à l’appel de Reza Uteem pour qu’il relance la collaboration entre Port- Louis et Rotterdam, l’Attorney General affirme qu’il réagira si le MMM lui «adresse une lettre».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires