Mitthunsingh Bumma aurait poignardé sa femme pendant qu’elle dormait

Avec le soutien de
Le suspect lors d’une reconstitution des faits, jeudi, à Eau-Bouillie, où il aurait tenté de faire disparaître le corps de Vidhi Bumma.

Le suspect lors d’une reconstitution des faits, jeudi, à Eau-Bouillie, où il aurait tenté de faire disparaître le corps de Vidhi Bumma.

Revirement dans l’enquête sur l’assassinat de Vidhi Bumma, 28 ans, tuée puis brûlée à Eau-Bouillie. Son époux, Mitthunsingh Bumma, 34 ans, qui avait affirmé l’avoir étranglée avant de mettre le feu à son cadavre, est revenu sur ses propos. Mercredi, lors d’un interrogatoire, il aurait avoué avoir poignardé son épouse au cœur. Pis, le suspect aurait confié aux enquêteurs qu’il planifiait son coup depuis quelque temps. Il aurait aussi dit qu’il n’était pas à sa première tentative. Le 1er avril dernier, Mitthunsingh Bumma, qui est chauffeur de camion, aurait tenté d’étrangler son épouse (voir encadré).

Ce sont de nouveaux indices qui ont abouti à ces aveux. Lundi, en examinant la maison du suspect, les limiers du Scene of Crime Office ont relevé des traces de sang dans la chambre à coucher. Informés, les enquêteurs de la Criminal Investigation Division (CID) de Quartier-Militaire, sous la supervision du Divisional Inspector Cowlessur et les hommes du Sergent Jokhoo du Field Intelligence Office, se sont mis à récolter des informations. Un couteau, soupçonné d’être l’arme du crime, a d’ailleurs été retrouvé sur le lieu où le corps calciné de Vidhi Bumma a été découvert.

Le suspect a été mis devant les faits et après un long interrogatoire Mitthunsingh Bumma a revu sa version des faits. Il a indiqué aux enquêteurs que les disputes étaient devenues incessantes chez lui. Celle de vendredi soir, au sujet d’une affaire de cœur, aurait été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Mitthunsingh Bumma, sur qui pèse une accusation provisoire d’assassinat, a relaté avec force détails cette soirée. Il a participé à une reconstitution des faits jeudi. «Nous étions en train de manger lorsqu’une dispute a éclaté. Nous avons continué à nous disputer devant la télévision. Ensuite ma femme est allée dans sa chambre alors que je regardais la télé. C’est là que j’ai décidé d’aller dans la cuisine puis dans la chambre où Vidhi dormait.» Après y avoir réfléchi, le trentenaire aurait récupéré une serviette avant de se rendre dans la chambre où sa femme dormait. Elle faisait chambre à part depuis la naissance de sa fille il y a onze mois. Son fils de 7 ans partage, lui, la chambre de son père. «Monn bous so labous ek serviet-la ek monn pik li direk dan so léker, ziska ki li aret débat», aurait-il dit. Le crime aurait été commis pendant que ses enfants dormaient.

Le suspect aurait enveloppé le corps de sa femme dans des draps avant de le mettre dans un sac en plastique, avec l’arme du crime. Il aurait attaché le paquet avant de le placer devant sa porte. Puis il serait retourné dans la chambre pour la nettoyer et enlever la couverture du matelas. Il aurait découpé la partie du matelas maculée de sang, avant de le retourner. Pour finir, il a mis les vêtements qu’il portait, ainsi que la couverture qui était sur le lit, à laver

Samedi matin, Mitthunsingh Bumma se serait rendu chez son employeur, à environ un kilomètre de chez lui, pour lui emprunter son tout-terrain. Il y aurait placé le corps et des morceaux du matelas découpés avant de les dissimuler dans la plantation de chouchou d’Eau-Bouillie. Le chauffeur de camion se serait rendu à son travail et aurait terminé son service aux alentours de 14 heures. À 15 heures, il serait revenu sur le lieu. Cela après avoir acheté deux litres de pétrole et une boîte d’allumettes pour mettre le feu au cadavre sur un bûcher de fortune qu’il aurait préparé avec du caoutchouc et des morceaux de bois trouvés sur place. Le suspect aurait raconté avoir regardé le feu consumer le corps de sa défunte épouse pendant deux heures. «Ensuite, je suis rentré.»

Il a, par la suite, dit à ses proches que Vidhi Bumma avait déserté le toit conjugal pour rejoindre un amant. Plus tard, il a signalé sa disparition au poste de police de Quartier-Militaire.

Le dimanche 22 mai, aux alentours de 14 heures, le présumé meurtrier serait revenu sur le lieu de «l’incinération» dans le but de récupérer les cendres et les restes afin de les disperser en mer, selon un «rituel». C’est là qu’il a appris qu’une équipe de la CID était à son domicile. La police a interpellé le suspect à Eau-Bouillie et l’a interrogé au sujet de la disparition de sa femme.

Au même moment, les Sullymunjeeajee ont débarqué au poste de police pour signaler la découverte d’un cadavre calciné dans leur plantation. Interrogé, le suspect est passé aux aveux.

Le chauffeur de camion a été traduit en cour de Moka, lundi. La police ayant objecté à sa remise en liberté, il a été reconduit en cellule policière à Belle-Mare. 

Ils ont croisé présumé meurtrier sur les  lieux

Mitthunsingh Bumma a été aperçu marchant le long de la route principale en direction de Nouvelle-Découverte. «Il revenait d’Eau-Bouillie, là où des ossements ont été découverts.» C’est ce qu’affirme Yaasir Sullymunjeeajee, 26 ans, au sujet du suspect. Tout a commencé, relate Yaasir Sullymunjeeajee, lorsque son père, Siddick, décide de se rendre à son champ vers 14 heures. Mais c’est tremblant de peur qu’il rentre à la maison peu après. Selon son fils, «il pouvait à peine parler. Il balbutiait. Il m’a demandé de me rendre au champ pour constater de visu ce qu’il avait découvert». Le jeune homme récupère son camion chez son oncle et lui demande de l’accompagner. À Eau-Bouillie, qui se trouve à quelques mètres de chez eux, ils voient de la fumée. En s’approchant, ils découvrent des ossements. «Nous avons d’abord cru que quelqu’un avait brûlé un animal mort. Mé kan nou finn pran enn baton ek nou finn vir bann lézo, la nou finn trouv enn kadav», relate Yaasir Sullymunjeeajee. «C’était l’horreur. Nous ne savions quoi faire.» Les deux hommes font le tour du terrain pour chercher des indices quand ils tombent sur un véhicule. Le chauffeur leur raconte qu’il est là pour cueillir des goyaves de Chine. «Je lui ai dit qu’à cette époque, il n’y a plus de goyaves et il a quitté les lieux, explique cet habitant de Nouvelle-Découverte. J’ai fourni le numéro de sa plaque d’immatriculation à la police.» Après avoir signalé le cas au poste de police de Quartier-Militaire, Yaasir Sullymunjeeajee demande à son frère de se rendre à Eau-Bouillie. «Nous pensions que le criminel pourrait revenir brouiller les pistes», dit-il. Ce qui se confirme lorsque la police arrive sur place. Il raconte qu’il y avait d’autres pneus sur les ossements, qui étaient par ailleurs éparpillés et le crâne a été écrasé. «Nous étions sûrs que le meurtrier était retourné.» «Misié-la in bizin fer enn plan sa. Li pa kapav enn zafer kinn arivé koumsa mem», avance le jeune homme. D’autant que samedi, ils n’ont rien vu d’anormal en se rendant au champ. Les Sullymunjeeajee comptent retourner le lopin de terre à son propriétaire. «Pa pou kapav kontinié travay lor-la. Latet fatigé. Dès que nous fermons les yeux, nous revoyons la même chose.»

Selon la police : le suspect avait une liaison

L’enquête minutieuse menée par la Criminal Investigation Division (CID) de St-Pierre aurait établi que c’est le suspect qui entretiendrait une liaison extraconjugale et non son épouse. D’ailleurs ce couple battait de l’aile dès la fin de 2015, lorsque Vidhi Bumma aurait commencé à soupçonner son mari d’infidélité. Lors d’une énième dispute le 1er avril dernier, Mitthunsingh Bumma aurait tenté d’étrangler son épouse. Vidhi Bumma se serait confiée à sa sœur et à d’autres proches concernant cette agression. Deux jours après, les proches de Vidhi auraient débarqué à Nouvelle-Découverte pour demander des explications à son époux. Ce dernier aurait, toutefois, nié les faits. N’y tenant plus, Vidhi Bumma l’aurait giflé, a expliqué sa sœur dans sa déposition à la police.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires