Conférence TEDx: découvrez notre vidéo 360°

Avec le soutien de
Les neuf interventions ont conquis les quelque 500 spectateurs vendredi, au Trianon Convention Centre

Les neuf interventions ont conquis les quelque 500 spectateurs vendredi, au Trianon Convention Centre

Un groupe de jeunes Mauriciens s’est inspiré des conférences Technology, Entertainment, Design (TED) des États-Unis pour créer le programme TEDx PlainesWilhems. La seconde édition de ce programme a eu lieu vendredi au Trianon Convention Centre avec pour thème Food for Thought.

L’objectif est de rassembler les meilleures têtes pensantes dans différents domaines mais avec «une plateforme commune pour partager les idées novatrices, les expériences inestimables et qui peuvent surtout inspirer», explique Vithi Kothari, coordinatrice de TEDx, qui est aussi un organisme à but non lucratif

Les neuf interventions ont conquis les quelque 500 personnes présentes dans l’audience, selon Vithi Kothari. «Un succès retentissant compte tenu du retour très positif qu’on a eu.» Parmi les interventions ayant marqué les esprits, celle de Vagish Ramborun. Il se trouvait pendant un certain temps parmi les nombreux diplômés au chômage du pays sauf qu’il n’a pas baissé les bras. Il a finalement trouvé le moyen de générer des revenus à travers l’agriculture à petite échelle. Il s’est notamment concentré sur le jardinage sur le toit.

L’intervention de Dhanjay Jhurry était, elle, axée sur les applications de la nanotechnologie dans la médecine. Le directeur du Centre for Biomedical and Biomaterials Research encourage les Mauriciens à croire en leur capacité d’innover. «On a les moyens de faire de la recherche de très haut niveau. Il suffit d’avoir de la volonté.»

Pour sa part, Vidia Moneegan, le directeur général de Ceridian, s’est attardé sur l’impact que les nouvelles technologies peuvent avoir sur la façon dont les entreprises opèrent. Il est d’avis que Maurice est à la traîne et insiste sur l’importance de sensibiliser les personnes en particulier les business leaders. Dans le cas contraire, les entreprises seront malheureusement appelées à disparaître, prévient-il.

Quant à Shameem Oozeerally, chargé de cours au Mauritius Institute of Education, il a souligné que la conciliation des concepts scientifiques et des langues est possible. «On ne réalise pas à quel point des connaissances de mathématiques ou de biologie sont au cœur de notre langage quotidien.»

Les autres intervenants étaient l’artiste Linzy Bacbotte-Raya, Astrid Dalais, directrice de Move for Art, Zaheer Allam, urbaniste mauricien élu parmi les Most Outstanding Young Persons of the World, Hudda Neetoo, chercheuse et chargée de cours à l’université de Maurice, et l’architecte Gaëtan Siew. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires