GP d'Espagne - Max Verstappen a déjà dépassé «Jos the boss»

Avec le soutien de

En devenant le plus jeune vainqueur d'un Grand Prix de Formule 1, dimanche en Espagne, Max Verstappen, 18 ans et toutes ses dents, très longues, a déjà fait mieux que son père Jos, surnommé «the boss» quand il courait en F1 aux côtés de Michael Schumacher.

«Jos était très populaire aux Pays-Bas, même s'il n'a jamais gagné de GP. Et là avec Max, c'est de la folie dans tout le pays», racontait dimanche soir un journaliste hollandais bouleversé par la démonstration de Verstappen Jr, tout en contrôle et en maîtrise, à son 24e GP seulement, le premier dans une Red Bull.

En battant les records de précocité de Sebastian Vettel, l'élève Max a dépassé maître Jos, monté deux fois sur le podium en 107 GP, de 1994 à 2003. Les derniers disputés face à Kimi Räikkönen, ce Finlandais de 36 ans, champion du monde 2007, qui a mené la vie dure à Max: moins d'une seconde d'écart à chacun des 20 derniers tours, mais sans jamais l'opportunité de doubler car le fiston est aussi calme que le père était bouillant.

Des «fils de», il y en a cinq cette saison en F1, un record. Max est le plus jeune mais aussi le plus doué, depuis ses débuts en karting, conseillé par sa mère belge et chaperonné par son père hollandais. Il y a aussi Carlos Sainz Jr, son ex-coéquipier chez Toro Rosso, fils du double champion du monde des rallyes. Il y a bien sûr Nico Rosberg (Mercedes), le fils du Keke sacré en 1982, à l'économie, en ne remportant qu'un seul GP dans une Williams (5 dans toute sa carrière). Nico en est déjà à 18 victoires et mène le bal du championnat 2016.

Les deux autres sont chez Renault: Kevin Magnussen, dont le père, Jan, n'a disputé que 25 GP dans les années 90 (un seul point marqué), en même temps que Jos Verstappen, puis s'est reconverti en endurance; Jolyon Palmer, champion 2014 de GP2, dont le père, Jonathan, n'a marqué que 14 points en 83 GP, dans les années 80. Il a ensuite fait fortune en rachetant des circuits anglais, ce qui l'a bien aidé à financer la carrière de son fils.

Hill et Villeneuve au sommet

Au palmarès de la F1, deux «fils de» sortent du lot car ils ont réussi à glaner une couronne mondiale. Damon Hill, fils du Graham deux fois sacré dans les années 60, l'a fait une seule fois, en 1996. Puis Jacques Villeneuve, fils du regretté Gilles qui avait tout pour le devenir un jour chez Ferrari, a suivi l'exemple de Damon, en 1997. Au total des victoires en F1, Damon bat Jacques 22 à 11. Ils sont toujours dans le paddock, comme consultants, et le Québécois à la langue bien pendue était très critique quand Verstappen Jr a été promu en F1, à 17 ans.

Dans les dynasties du sport auto, il y a aussi les Prost et les Piquet. Nicolas, fils d'Alain, quadruple champion du monde de F1, n'est pas allé plus haut que pilote d'essai chez Lotus, en 2012. Puis il s'est fait un prénom en endurance et en Formule Electrique, dans l'écurie Renault e.dams co-dirigée par son père.

«Nelsinho», fils du triple champion du monde brésilien, a eu sa chance chez Renault mais ne l'a pas saisie: 25 GP disputés en 2008 et 2009, un seul podium en Allemagne et le trop fameux «Crashgate»: il s'est envoyé dans le mur de Singapour, à la demande de ses patrons, pour que la course soit neutralisée et que son coéquipier Fernando Alonso la gagne.

Le temps a passé, Prost Jr et Piquet Jr sont désormais coéquipiers dans une petite écurie suisse, Rebellion, qui visera le podium aux prochaines 24 Heures du Mans, face aux titans Audi, Porsche et Toyota. Et ils sont rivaux en Formule E, cette nouvelle catégorie "branchée" dont le premier titre de Champion FIA a été remporté l'an dernier par... Nelson Piquet Jr.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires