Traité fiscal avec l’Inde: Roshi Bhadain s’explique

Avec le soutien de
(Photo d’archives) Dev Manraj, le secrétaire financier, et le ministre Bhadain lors de l’annonce de la signature de l’accord amendé.

(Photo d’archives) Dev Manraj, le secrétaire financier, et le ministre Bhadain, lors de l’annonce de la signature de l’accord amendé.  

«There is only one truth! Kindly see below what I said about the position of India with regard to the issuance of a 'notice of termination of treaty', if the 'status quo' prevailed; and what the Indian High Commissioner has stated.» C’est ce qu’a indiqué le ministre de la Bonne gouvernance et des Services financiers sur sa page Facebook, dimanche 15 mai.

Roshi Bhadain fait référence à la signature du nouveau traité de non double imposition avec l’Inde. Cette affaire a suscité une vive polémique ; certains affirmant que le ministre s’est précipité dans cette affaire et qu’il n’y avait pas lieu de signer un nouvel accord, d'autant plus qu’il n’y avait pas de «notice of termination of treaty». Mais, le ministre des Services financiers persiste et signe. Il affirme que l’Inde a précisé qu’elle allait émettre une «notice of termination of treaty, le 1er avril 2017, s’il n’y a pas la signature d'un «revised treaty». Le ministre  ajoute que  certains articles de  presse sont trompeurs. «Some quarters of the press are again deliberately misreporting and misleading the public in their articles», précise-t-il.

Les appréhensions se sont succédé après la signature de cet accord. Notamment du côté des opérateurs du Global Business. Alors qu’ils s’attendaient à une lueur d’espoir après l’amendement du traité fiscal entre l’Inde et Maurice, ils craignent maintenant le pire pour ce secteur et se demandent si on n’assiste pas, impuissants, à sa mort certaine.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires