Paul Bérenger : «C’est un fiasco à la Bhadain !»

Avec le soutien de
Paul Bérenger lors d'un point de presse, le samedi 14 mai.

Paul Bérenger lors d'un point de presse, le samedi 14 mai.

FIASCO. Le ton est donné. Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) n’a pas été tendre envers le ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance, Roshi Bhadain. C’était lors de sa conférence de presse hebdomadaire, tenue dans la matinée du samedi 14 mai. L’occasion pour le leader des mauves de revenir sur la signature du traité fiscal entre Maurice et l’Inde, effectuée cette semaine. Et d’avouer qu’il craint que ce soit trop tard maintenant pour faire demi-tour.

D’emblée, Paul Bérenger devait faire ressortir que Roshi Bhadain porte la majeure partie des responsabilités de cette signature. Et qu’il l’a fait avec l’approbation du Conseil des ministres. «C’est un coup mortel porté à notre secteur financier. Et le point clé de ce ‘fiasco à la Bhadain’ réside dans l’accord qu’il a signé en juillet 2015, à New Delhi, ki inn donn tou a Linde, sirtou lor Capital Gains Tax.». Paul Bérenger devait à cet effet brandir le compte-rendu d’un procès-verbal, portant la signature du secrétaire financier Dev Manraj, qui stipule que les «pending issues» au sujet de l’accord de non-double imposition et de l’évasion fiscale entre les deux parties ont été résolues et qu’un draft protocol avait été finalisé et paraphé entre les gouvernements des deux pays (voir document).

Parlant de véritable coup dur à la veille de la présentation du budget, le leader du MMM rappelle que ceux qui disent qu’il suffit de se tourner vers l’Afrique ne savent pas ce qu’ils disent. Surtout que plus de trois quarts de l’offshore mauricien dépend de l’Inde.

GIFLE DIPLOMATIQUE

Poursuivant, Paul Bérenger soutient que le ministre Bhadain aurait dû soumettre sa démission après le démenti apporté par le Haut-commissaire de l’Inde, Anup Kumar Mudgal, au sujet de l’affirmation du ministre que Maurice n’avait d’autre choix que d’accepter ces nouvelles conditions. Une attitude inqualifiable envers un pays ami tel que l’Inde, devait tonner le leader mauve.

Relativisant le don de Rs 12,7 milliards reçu de l’Inde, Paul Bérenger parle des milliards que notre secteur offshore nous rapporte chaque année. Ne voyant pas la construction de Heritage City d’un bon œil, il dit craindre une catastrophe, ce don allant en majeure partie dans l’immobilier, un secteur non-productif économiquement. Il dit espérer qu’une partie de cet argent servira à prendre des mesures pour combattre la pauvreté et qu’elles seront annoncées dans le prochain budget.

Faisant le parallèle avec l’affaire BAI, Paul Bérenger affirme que Roshi Bhadain se croit plus intelligent que le FMI (NdlR : le Fonds monétaire international) : «li pou amenn Moris ek SAJ ver enn katastrof !». Il se demande si le Premier ministre est au fait de tout ce qui se passe, surtout avec les tiraillements entre les ministres Bhadain et Lutchmeenaraidoo.

Répondant à la presse, Paul Bérenger devait dire qu’il n’y aura pas de PNQ à ce sujet ce mardi, le ministre Bhadain ne se trouvant pas au pays. Il craint que Roshi Bhadain ne fasse pression sur les opérateurs du secteur financier, surtout à travers la Financial Services Commission.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires