Affaire Boskalis: Siddick Chady appelé à dévoiler son salaire

Avec le soutien de
L’accusé Siddick Chady à la reprise du procès en janvier.

L’accusé Siddick Chady à la reprise du procès en janvier.

La bataille s’accentue entre Siddick Chady et Jan Cornelis Haak dans le procès Boskalis. Mercredi, la Master and Registrar Shameem Hamuth Laulloo a sommé le premier nommé, inculpé de corruption, de répondre à plusieurs questions du témoin néerlandais. Entre autres, le médecin devra avancer le montant de sa rémunération lorsqu’il était président de la Mauritius Ports Authority (MPA).

Siddick Chady avait réclamé des dommages de Rs 50 millions à Jan Cornelis Haak, le 4 juin 2013, pour false and malicious allegations. Il se disait victime d’un complot suivant le témoignage de Jan Cornelis Haak, qui avait été enregistré en 2012, à l’hôtel Novotel, à Genève. Le Néerlandais, représentant la firme Boskalis, avait incriminé Siddick Chady en soutenant que ce dernier avait obtenu des pots-de-vin afin de favoriser cette firme en vue de l’octroi d’un contrat pour des travaux de dragage du canal Anglais dans le port.

Le Mauricien soutenait que ce témoignage de Jan Cornelis Haak lui a causé préjudice et que celui-ci a agi dans l’illégalité. Toutefois, le Néerlandais avait objecté à cette plainte de dommages et avait, par la suite, réclamé que Siddick Chady, par le biais de son avocat, Me Said Toorbuth, réponde à 100 questions, le 13 mai 2014. «Pour pouvoir se défendre dans cette affaire de dommages, on doit obtenir certaines réponses», avait argué Jan Cornelis Haak. Siddick Chady avait cependant refusé de répondre à ces questions.

Allégations malicieuses

C’est dans ce contexte que la Master and Registrar a rendu une décision, mercredi. Elle estime que l’échange de précisions doit se faire avant l’ouverture d’un procès, afin d’éviter des dépenses inutiles. Outre la question sur son salaire, Siddick Chady devra expliquer comment les allégations de Jan Cornelis Haak seraient «fausses et malicieuses». Il devra fournir des détails précis sur les mots ou termes exacts employés par Jan Cornelis Haak pour prouver que ce dernier l’avait bel et bien incriminé.

Le témoin peut aussi demander à l’ex-président de la MPA d’apporter des informations sur le montant de sa caution suivant son arrestation et le moment où il a été relâché sous caution. Siddick Chady est également appelé à indiquer s’il fait toujours l’objet d’une interdiction de quitter le pays depuis son arrestation.

Cependant, la Master and Registrar est d’avis que Siddick Chady ne peut pas répondre à toutes les questions. Certaines sont sans importance, note-t-elle, tandis que d’autres sont formulées de telle sorte afin de soutirer des renseignements en vue de préparer une ligne de défense. L’ex-président de la MPA aura à répondre à un maximum de 38 questions lorsque l’affaire sera appelée ultérieurement.

Publicité
Publicité

C’est en 2007 que les faits se seraient produits : à travers le paiement sous forme de gratification par Boskalis, firme néerlandaise qui avait obtenu un contrat de dragage dans le port. Le bénéficiaire allégué : Siddick Chady, alors chairman de la Mauritius Ports Authority. Prakash Maunthrooa qui était alors directeur de cet organisme a, lui, été écroué pour entente délictueuse mercredi 13 novembre. Voici tous nos articles sur cette affaire.

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x