Parlement: la speaker s’explique sur ses rappels à l’ordre à la majorité

Avec le soutien de
Maya Hanoomanjee a tapé du poing sur la table.

Maya Hanoomanjee a tapé du poing sur la table.

Les travaux parlementaires du mardi 3 mai ont été différents des autres. La speaker Maya Hanoomanjee a rappelé à l’ordre le ministre Roshi Bhadain à deux reprises, expulsé le Chief Whip Mahen Jhugroo, refusé un point de droit à l’ancien ministre Raj Dayal et rejeté une question supplémentaire du Deputy Chief Whip Ravi Rutnah. C’est assez rare qu’on assiste à de tels refus de la part de la speaker aux membres du gouvernement.

Sollicitée, Maya Hanoomanjee affirme qu’elle a toujours fait son devoir de speaker selon les Standing Orders et Erskine May (l’ouvrage de référence sur les pratiques et procédures parlementaires). «Je ne favorise personne. C’est une perception de l’opposition que j’accorde une préférence aux membres du gouvernement.»

Tout commence, mardi, quand Roshi Bhadain prend 20 minutes pour lire sa réponse à la Private Notice Question (PNQ) de Paul Bérenger. Ce dernier proteste. La speaker attire l’attention du ministre des Services financiers et ce dernier explique qu’il veut fournir autant d’explications que possible.

«J’ai agi dans le cours normal des choses»

Dans l’après-midi, le même ministre donne une longue réponse sur la Westminster Financial Ltd. Il est interrompu par la speaker qui lui dit que si la réponse est longue, il est préférable qu’il la fasse circuler. Le ministre Bhadain lit quelques phrases et s’assoit.

Interrogée, la speaker fait remarquer qu’il n’y a que 30 minutes pour la PNQ et que le ministre prend plus de 20 minutes pour lire sa réponse. «Que restera-t-il pour les questions supplémentaires? Non, j’ai agi dans le cours normal des choses et j’ai rappelé à l’ordre le ministre.»

En ce qui concerne l’expulsion de Mahen Jhugroo, Maya Hanoomanjee soutient qu’elle lui a demandé de se tenir tranquille plusieurs fois. Mais il a poursuivi avec ses commentaires. «C’est un manque de respect envers la présidence et je lui ai demandé de quitter l’hémicycle.»

Pour sa part, Raj Dayal, vexé au sujet des commentaires de Rajesh Bhagwan, veut soulever un point de droit. Il demande la permission à la speaker. Cette dernière lui dit d’attendre la fin des questions parlementaires. À l’issue de celles-ci, l’ancien ministre de l’Environnement obtient la permission. Toutefois, il se perd dans la façon dont il soulève le point of order. La speaker déclare qu’elle ne peut accepter sa demande.

D’aucuns se demandent pour quelle raison la speaker n’a pas accédé à ce point de droit lorsque l’ancien ministre en a fait la demande. Elle rétorque que selon Erskine May, elle peut attendre la fin des questions parlementaires pour demander à un membre de soulever son point de droit. «La priorité était aux questions parlementaires. Je n’ai pas voulu que la Chambre perde ce temps consacré aux questions et c’est pour cette raison que j’ai pris le point de droit à la fin. Et là Raj Dayal n’a pu formuler comme il se doit son point. Donc je ne l’ai pas accepté.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires