Corps parapublic: gros malaise entre ingénieurs et administration à la WMA

Avec le soutien de
Au début de l’année trois des quatre stations de pompage situées à Roche-Bois ne fonctionnaient pas.

Au début de l’année trois des quatre stations de pompage situées à Roche-Bois ne fonctionnaient pas.

Des conflits internes ébranlent la Wastewater Management Authority (WMA). Un mécontentement règne parmi des ingénieurs qui se disent «persécutés par le Chairman» avec pour résultat que ce corps parapublic ne fonctionne pas comme il le faut. Mais au niveau du management, on affirme qu’il faut y mettre bon ordre.

Tout commence au début de l’année. Trois des quatre stations de pompage situées à Roche-Bois ne fonctionnent pas. Des eaux usées se déversent alors dans la rivière Lataniers.

Pareille situation, nous expliquent des employés, dure depuis des années. Mais cette fois la Mauritius Ports Authority (MPA) monte au créneau. Avec force protestations auprès de la WMA, elle avance que des navires refusent d’accoster au port.

La WMA se lance dans des travaux de réparation. Avec une équipe d’ingénieurs, le Divisional Manager (Mechanical and Electrical) Priyadev Sookram s’attelle à identifier la cause des soucis. Il soumet un rapport où il recommande l’achat d’un équipement valant environ Rs 300 000. Mais il essuie le refus du Chairman, Suleiman Hansrod.

Suspendu

Entre-temps, une équipe d’ingénieurs fait de son mieux pour résoudre le problème. Ces hommes parviennent à réparer les fautes et le coût des réparations ne dépasse pas Rs 10 000. Le Chairman initie une enquête et Priyadev Sookram, qui travaille à la WMA depuis 2004, est suspendu de ses fonctions au début d’avril.

À partir de là commence, au dire des employés, une véritable persécution, particulièrement contre les ingénieurs qui sont une trentaine. Ces derniers soutiennent que Suleiman Hansrod veut les discréditer et les faire passer pour des incompétents.

Le seul critère utilisé à leur encontre est que pour la majorité ils ont été recrutés par l’ancien régime. Ils font ressortir que, jusqu’ici, le conseil d’administration n’a rien trouvé contre eux mais qu’ils se sentent harcelés.

D’ailleurs, ajoutent-ils, dès qu’il est devenu Chairman en avril 2015, Suleiman Hansrod avait fait annuler les allocations de 25 % auxquelles ils avaient droit. N’empêche que, disent ces employés, lui s’est permis de demander au conseil d’administration d’acquérir une voiture de luxe de plus de Rs 3 millions pour être mise à sa disposition.

Interrogé, Suleiman Hansrod soutient que dès sa nomination comme Chairman de la WMA, il a pris connaissance de la situation et dit avoir noté beaucoup de choses à redresser. Il ajoute qu’une enquête est en cours et que ceux qui seront entendus auront le loisir de se défendre.

Le Chairman ne s’explique pas pourquoi un ingénieur ne se rend jamais sur son site de travail. Concernant sa voiture, il soutient que c’est le conseil d’administration qui en a fait l’acquisition et non lui personnellement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires