Johnson Roussety : «Un joug capitaliste veut s’accaparer des plages»

Avec le soutien de
Johnson Roussety et ses collaborateurs lors de la conférence de presse du 19 avril.

 Johnson Roussety et ses collaborateurs lors de la conférence de presse du 19 avril. 

Johnson Roussety, leader du Front patriotique rodriguais, s’attaque au projet «Hotel Invest Scheme». Il estime par ailleurs que certains syndicalistes sont responsables du fiasco du rapport du PRB. C’était lors d’une conférence de presse le 19 avril à Port-Mathurin au cours de laquelle il a abordé ces deux sujets.

«Le gouvernement régional est en train de vendre Rodrigues.» Johnson Roussety, leader du Front patriotique rodriguais (FPR), s’est offusqué du projet «Hotel Invest Scheme». Il s’exprimait lors d’une conférence de presse, le jeudi 19 avril à Port-Mathurin.

Avec ce projet «Hotel Invest Scheme», le feu vert est donné à des promoteurs pour construire des appartements qui seront ensuite vendus aux étrangers. Le leader des rouges estime donc que «gouvernman rezional pe vann Rodrig avek sa bann proze la». Il déclare qu’il y a un joug capitaliste qui se met en place avec pour objectif de s’accaparer des plages de l’île. «La population est révoltée.» Il dénonce ce qu’il estime être une politique régionale «pran later lor laplaz donn sertin dimunn pou ki zot fer des centaines de millions de roupies de profit. Bizin met enn frein a sa bann zafer la».

Par ailleurs, Johnson Roussety affirme avoir constaté beaucoup de déception parmi la classe syndicale locale et les fonctionnaires rodriguais en ce qui concerne le rapport du Pay Research Bureau (PRB). «Tout laisse croire que les doléances des fonctionnaires n’ont pas été considérées. Le PRB est devenu un non event à Rodrigues et les fonctionnaires se disent résignés car ils ne peuvent plus lutter, n’ayant pas obtenu ce qu’ils réclamaient», a déclaré le leader du Front patriotique rodriguais (FPR), en conférence de presse, le jeudi 19 avril à Port-Mathurin.

Les syndicats piégés

Il ajoute que le rapport reconnaît qu’il existe beaucoup de lacunes et que l’Assemblée régionale ne fonctionne pas correctement. N’étant donc pas en mesure d’offrir à la population les services nécessaires. Ce rapport n’a pas donné les moyens pour combler ces lacunes. Il souligne que le chef de la fonction publique avait sollicité le PRB pour qu’il y ait une refonte de la fonction publique à Rodrigues. Ce à quoi le PRB a rétorqué de s’adresser au secrétaire du cabinet à Maurice. «PRB pe pass boul. Ena bokou fonksioner ek sef dan Rodrig me travay pa fer kouma bizin. Bokou dosie dormi ek piblik pa gagn satisfaksion.»

Johnson Roussety trouve grave que des syndicalistes se soient vautrés dans un piège. «Bann sindikalis ansam avek management finn soumet enn common memorandum lor nom lasanble rezional avek PRB. Ces syndicalistes se sont laissés prendre à leur propre piège. Zot finn rant dan rol gouvernman rezional ek zordi tou propozision finn zet par lafenet. La classe syndicale locale s’est laissée berner par une fausse illusion et ce faisant, ils ont trahi la lutte syndicale.»

L’ancien chef commissaire estime qu’il ne revient pas aux syndicats de faire cause commune avec le gouvernement sans aucune certitude, en soulignant que «gouvernman rezional mem so parol pa pe pase». Avant de rajouter qu’avec ce qui s’est passé, la faute en revient aux syndicats qui ont «marché avec le gouvernement. J’espère qu’ils en tireront des leçons». Johnson Roussety pense que c’est le moment pour le gouvernement régional de faire des propositions concrètes au Conseil des ministres «pou ki li resi optimiz so bann resours».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires