Le MMM tourne la page de sa constitution vieille de 43 ans

Avec le soutien de
Paul Bérenger en route vers «Une Constitution pour le XXIe siècle».

Paul Bérenger en route vers «Une Constitution pour le XXIe siècle».

Pendant toute une journée, le dimanche 1er mai, le projet de constitution du Mouvement militant mauricien (MMM) a été épluché. C’est le 1er mai, au Hennessy Park Hotel d’Ébène, que le parti a commencé à dépoussiérer une constitution vieille de 43 ans. Au titre évocateur d’Une Constitution pour le XXIe siècle, le nouveau document que le parti se propose d’adopter est certes enraciné dans le passé mais est tourné vers l’avenir.

Dimanche, les membres du bureau politique, ceux du comité central, le président et le secrétaire des comités régionaux, les représentants de l’aile féminine et de l’aile jeune ainsi que des invités ont examiné le projet de constitution réalisé par une Task Force présidée par Steeve Obeegadoo. Il en ressort que certaines des propositions seraient difficiles à être appliquées, ce que le secrétaire général Ajay Gunness a lui-même reconnu.

Durant son allocution à l’ouverture de cette journée de réflexion, Paul Bérenger a évoqué deux propositions sur lesquelles le parti devrait s’attarder. Il s’agit de l’application de la parité hommes/femmes en 2030 et de l’établissement d’une nouvelle instance, à savoir le comité de coordination. Ce sera l’instance de débat et de rassemblement de tous les militants au niveau d’une polling area.

Par ailleurs, la proposition pour que les élections du leader et de son adjoint soient effectuées sur une liste conjointe n’a pas fait l’unanimité. Le défi le plus pressant est de trouver un juste équilibre entre le mode de fonctionnement actuel du parti et les horizons auxquels renvoie le projet de constitution qui, de la bouche de Steeve Obeegadoo, pourrait paraître trop idéaliste aux yeux de certains.

Quelles sont les prochaines étapes ? Le bureau politique devrait faire des recommandations au comité central. «Ce sera fait dans un délai raisonnable», a rassuré Ajay Gunness.

Un document devra alors être présenté à l’assemblée des délégués pour sa ratification, sa modification ou son rejet. Pour cause, l’assemblée des délégués est l’instance suprême du parti. Une de ses premières responsabilités consiste justement à veiller à l’application rigoureuse des dispositions de la constitution du parti. La réunion d’hier a pris fin sans qu’aucun calendrier, pour ce qui est de la soumission de la version finale à l’assemblée des délégués, ait été établi.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires