Pas géométriques: pourquoi la liste déposée par Soodhun ne contient-elle pas le nom de son fils?

Avec le soutien de
Le complexe bungalows/ clinique dentaire des Soodhun à Grand-Baie. ( Crédit photo Yudish Ramkhelawon )

 Le complexe de bungalows/ clinique dentaire des Soodhun à Grand-Baie. ( Crédit photo Yudish Ramkhelawon )

Le ministre Soodhun aurait-il induit le Parlement en erreur ? Il a déposé la liste des noms de ceux ayant bénéficié d’un bail de l’État de janvier 2015 au 20 avril dernier, mardi, au Parlement. Le ministre du Logement et des terres Showkutally Soodhun répondait à une question du député mauve Reza Uteem.

Sauf que ni le nom de son fils, Umeeir Soodhun, ni celui de la société gérée par ce dernier ne figurent sur cette liste. Est-ce un oubli ? Ou est-ce que le ministre aurait délibérément omis d’y inclure le nom de son fils ?

Pour Reza Uteem, le ministre a induit le Parlement en erreur. «C’est scandaleux ce qui se passe. Selon les documents officiels, le bail de son fils a été signé en août 2015. Son nom devrait être parmi ceux ayant bénéficié de Pas géométriques puisque c’est ce que rapportent les documents.»

L’express avait fait état des détails du bail du fils du ministre le 20 avril. Umeeir Soodhun avait, le  26 août 2015, obtenu un bail industriel pour opérer une clinique dentaire et des  bungalows. L’ancien Senior  Chief Executive Soopramanien Kandasamy Pather, représentant du ministère, en était le signataire.

Demande approuvée en 2011

Au Parlement, le ministre  Soodhun a affirmé que la demande de son fils pour le bail avait été approuvée en 2011. Dans une déclaration précédente, il avait précisé «n’avoir pas participé à cette transaction». L’express a tenté de joindre le ministre par le biais de son attachée de presse qui est restée injoignable, mercredi.

En revanche, selon nos informations, l’explication du ministre Soodhun repose sur le fait que le ministère du Logement et des terres avait donné une Letter of Intent à la Société Mohamad Umeeir Ibne Showkut en 2011, affirmant que le ministère avait accepté la demande.

En 2011, «la demande du fils du ministre était d’exciser le bail qui était auparavant sur le nom de la Compagnie de Culture de Tabac Ltd pour que les deux sociétés, c’est-à-dire la Société Mohamad Umeeir Ibne Showkut et la Compagnie de Culture de Tabac Ltd, aient chacune leur part du bail».

Selon les explications obtenues, le ministère aurait approuvé la demande en 2011 mais celle-ci a été formalisée en 2015. C’est quoi la différence ? À cette question, l’on avance «qu’il manquait un acte notarié avant que la démarche ne soit formalisée mais qu’avec la Letter of Intent, les deux sociétés ont payé leur bail chacune de leur côté. Donc à partir de 2011».

À quoi a servi «la démarche formelle» faite en 2015 alors ? L’on nous explique que «le bail a été signé en 2015, lorsque l’acte notarié a été produit, mais il a été approuvé quatre ans avant».

Il n’y a donc aucun délai imposé à un demandeur pour qu’il produise les documents requis ? Pourquoi avoir pris quatre ans avant de soumettre ces documents ? Pourquoi le ministre a-t-il démissionné en tant que directeur de la Compagnie de Culture de Tabac Ltd, trois jours après que «la démarche a été formalisée» ? Autant de questions qui sont, pour l’heure, sans réponse.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires