Au Parlement: Soodhun attaque Uteem

Avec le soutien de
La séance parlementaire a été très animée, mardi 26 avril.

La séance parlementaire a été très animée, mardi 26 avril.

Vifs échanges entre Showkutally Soodhun et Reza Uteem à l’heure des questions aux ministres, mardi 26 avril. Alors que le député du MMM avait le nouveau bail industriel du fils du ministre du Logement et des terres en ligne de mire, une question supplémentaire de Mahen Jhugroo est venue mettre le feu aux poudres. Le Chief Whip voulait en fait savoir si des mineurs avaient également bénéficié des terres de l’État. C’est là que Showkutally Soodhun a cité un cas.

Le ministre a allégué que les bénéficiaires d’un trust, détenteurs d’un bail d’un campement site de 634 mètres carrés à Quatre-Cocos, seraient tous mineurs. Et que l’unique actionnaire et protector de ce trust serait, selon Showkutally Soodhun, Reza Uteem. Le trust, dit-il, aurait acquis ce terrain pieds dans l’eau en février 2013 pour Rs 14 millions. Le vice-Premier ministre devait ajouter que celui-ci aurait enfreint la loi, vu que les bénéficiaires sont mineurs, et qu’il référera le cas au ministère de la Bonne gouvernance pour enquête.

Ce qui a déclenché un véritable vacarme dans l’hémicycle. Paul Bérenger et les autres députés de l’opposition se sont mis de la partie.

Virulentes envolées

Les envolées deviennent alors virulentes. Le leader de l’opposition devait lancer : «Shame, aranz ant zot !». Avant de s’adresser à la Speaker : «You allowed them». Maya Hanoomanjee, ne se laissant pas faire, demande : «Leader of the opposition, avez-vous dit ‘aranz avek la Speaker’ ?» La tension est à son apogée.

«Did you hear that ?», répond à son tour le leader de l’opposition.

«Je vous demande si vous avez dit cela», répète la présidente de la Chambre. La réplique de Paul Bérenger est immédiate : «Your ears don’t hear when we say things.» Avant de nier les paroles qui lui sont imputées.

Au tour de Shakeel Mohamed et d’Aadil Ameer Meea de faire entendre leur voix. Ils sont tout de suite rabroués par la Speaker. Sauf que l’affaire n’est pas close. Le ministre Soodhun en rajoute une couche: «zanfan, ti zanfan». Le député Uteem ne lâche pas prise. Il interpelle ce dernier avec une question supplémentaire: «Comment se fait-il que la Société Mohamad Umeeir Ibne Showkut (société gérée par le fils du ministre Soodhun, NdlR) ait obtenu un nouveau bail moins de quatre mois après sa demande faite en février 2015 ?» 

Le ministre du Logement, haranguant le Parlement, affirme que la demande de lotissement du terrain a été approuvée en 2011: «Je défie quiconque d’aller à l’ICAC et à la police s’il y a une quelconque preuve contre moi et si c’est le cas, je vais démissionner !»

«Le bail pas aux noms de mineurs»

Interrogé sur les allégations du ministre Soodhun, Reza Uteem a déclaré que tout a été fait dans la transparence. «C’est faux de dire que le bail est au nom de mineurs. Il est au nom d’un trust qui a un seul trustee. C’est-à-dire Kross Border (ex-Consilex), une management company qui a une licence de la Financial Services Commission et que j’ai vendue à Rogers. Mes enfants figurent parmi les bénéficiaires du trust et cela figure dans ma déclaration des avoirs sous l’ancien et sous l’actuel gouvernement.»

«Ils croient m’intimider mais ça me motive à dénoncer des malversations au ministère du Logement. Pourquoi ne répète-il pas ce qu’il a dit hors du Parlement où il n’est pas protégé par l’immunité ?» s’insurge Reza Uteem.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires