Infrastructures et eau : des habitants du sud se plaignent

Avec le soutien de
Gaëtan Jabeemissar en quelques villageois lors de la conférence de presse du 19 avril.

 Gaëtan Jabeemissar en quelques villageois lors de la conférence de presse du 19 avril. 

Ils ont voulu faire entendre leurs griefs. Les villageois du village de Tamarin / Anse Raffin sont passés par le biais d’une conférence de presse, le mardi 19 avril, dans leur village. Ils se sont plaints de la mauvaise qualité de l’eau ainsi que de la mauvaise condition de la route d’accès au village. Ils étaient accompagnés du Minority Leader Gaëtan Jabeemissar et de deux autres membres de la minorité, Franceau Grandcourt et Rosaire Perrine.

Selon Gaëtan Jabeemissar, les deux problèmes majeurs auxquels font face les habitants de cette région sont la mauvaise qualité de l’eau qui y est distribuée et l’état déplorable de la route d’accès qui mène à l’intérieur du village. «Cette route est vraiment impraticable alors que sa construction faisait partie du projet de la construction du barrage d’Anse Raffin.» Il précise qu’il est en possession de documents pour prouver ses dires.

Il rajoute que les personnes âgées, handicapées, les enfants qui vont à l’école, ainsi que les femmes enceintes éprouvent beaucoup de difficultés quand il faut se rendre à l’hôpital. «En temps de pluie, c’est encore pire, cela devient un calvaire et un parcours du combattant car les ambulances ne peuvent pas y accéder.»

Risques de maladies

Le chef de la minorité trouve qu’il est inacceptable qu’en 2016, certains habitants de l’île vivent toujours dans l’exclusion. «Nous dénonçons haut et fort cette situation qui perdure malgré les multiples démarches entreprises par les villageois. Je demande au Chef commissaire et au commissaire des infrastructures publiques de prendre en compte cette situation car ena plas isi kot track road ariv ziska devan laport sertin dimunn. Pourtan sef komiser ti dir ki li pa fer politik get figir me la nou trouve ki li pe fer samem.»

Abordant un deuxième point, Gaëtan Jabeemissar a parlé du problème d’eau dans le village. «Ena bann batardo ek rezervwar ki ti gagn don pou konstrir dan vilaz me delo la pa mem trete, nek pass direk dan tiyo lerla donn dimunn. Il existe de forts risques que ceux qui consomment cette eau soient exposés à toutes sortes de maladies.»

Il trouve ahurissant que l’eau qui provient directement de la rivière sans être traitée soit distribuée aux villageois. «Cette eau n’est pas potable. Selon la politique du gouvernement actuel, le slogan est l’eau pour tous. Et des millions de roupies ont été investis dans ce secteur par le gouvernement central ces dernières années. Kouma dimunn kapav gagn delo rouye pou bwar ?»

Gaëtan Jabeemissar se demande s’il existe deux catégories de citoyens à Rodrigues : les privilégiés et les laissés pour compte. Il a tenu à interpeller les autorités sur ces deux problèmes majeurs. Plusieurs habitants ont abondé dans le même sens. Ils réclament le même traitement accordé à tous les Rodriguais.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires