Pot-de-vin allégué au MSC: quel rôle a joué Sawmynaden ?

Avec le soutien de
Le ministre de la Jeunesse et des sports dit attendre  les conclusions de l’enquête de l’ICAC avant de se prononcer.

Le ministre de la Jeunesse et des sports dit attendre  les conclusions de l’enquête de l’ICAC avant de se prononcer.

Retournement dans l’enquête sur une allégation de pot-de-vin au Mauritius Sports Council (MSC). Bien qu’Ahmad Hossen Khudurun ait formellement incriminé le Public Relations Officer (PRO) de Yogida Sawmynaden de tentative de corruption, l’enquête s’oriente désormais vers de nouveaux éléments apportés par le couple Khudurun. Les enquêteurs s’intéressent au rôle qu’aurait joué le ministre de la Jeunesse et des sports dans cette affaire.

Yogida Sawmynaden aurait, selon le couple Khudurun, essayé d’étouffer toute l’histoire. Adiilah Fakiirah Khudurun, la femme de Nawshad, est l’unique témoin de la «proposition indécente» qu’aurait faite le ministre à son mari en mars dernier. Elle a été longuement entendue par les enquêteurs de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) vendredi 22 avril.

Cette affaire remonte à octobre 2015. Nawshad Khudurun est pressenti par le MSC pour réaliser un clip dans le cadre de la National Sports Awards Night, prévue le 30 janvier 2016. À la suite d’un appel d’offres, il soumet sa proposition d’un montant de Rs 176 000 le 12 novembre 2015.

Deux semaines plus tard, il reçoit la confirmation qu’il a décroché le contrat. «J’étais étonné vu que d’autres personnes ont soumis des propositions nettement inférieures.» Aurait-il décroché le contrat à cause de sa proximité avec le ministre ? Car, agent du MSM, Nawshad Khudurun a participé à la campagne électorale de 2014 au n°8, où Yogida Sawmynaden a été élu. À cette interrogation, Nawshad Khudurun dit ne pas savoir.

Il réalise le clip qui lui coûte  Rs 146 000. Mais au moment d’être rémunéré, les choses dégénèrent. Un cadre du MSC lui aurait, dit-il, réclamé Rs 15 000 afin qu’il puisse toucher le chèque qui lui est destiné selon les termes de son contrat. Il refuse. Par la suite, il perçoit Rs 100 000 (sur les Rs 176 000 dues), mais il est informé qu’il ne percevra que Rs 10 000 de la somme restante.

Excédé, il dénonce le cas de maldonne au ministre en février. Mais ce dernier aurait, dit-il, tenté de le dissuader d’aller de l’avant et lui aurait même proposé de payer une partie de la somme restante. Il décide de rencontrer le ministre de nouveau et là, il aurait enregistré la conversation.

Le 14 mars, il dit avoir reçu des mains du PRO du ministre un chèque de Rs 18 000 du MSC ainsi que la somme en liquide de  Rs 18 000, qui aurait été, dit-il, donnée par le ministre. La conversation entre les deux hommes aurait une nouvelle fois été enregistrée. Le même jour, Nawshad Khudurun appelle le ministre pour l’informer qu’il refuse sa proposition. Une dispute éclate.

Le lundi 11 avril, Nawshad Khudurun dénonce les maldonnes et tentatives de corruption alléguées à l’ICAC. Il y incrimine le PRO du ministre et y dépose les bandes sonores qu’il a, dit-il, enregistrées.

Interrogé sur les nouvelles allégations formulées à son encontre, Yogida Sawmynaden dit camper sur ses positions. Il est serein et attend les conclusions de l’enquête de l’ICAC avant de se prononcer. Quant au PRO, il reste en poste en attendant la suite  des événements.

«JE SUIS AUJOURD’HUI L’ENNEMI JURÉ DU MSM»

Nawshad Khudurun dit avoir fait son devoir de citoyen en dénonçant les maldonnes et tentatives de corruption alléguées. Il souhaite que justice soit faite. Mais le cameraman avoue avoir une certaine frayeur vu qu’il était un agent du MSM. Il ne souhaite pas que cette affaire soit politisée. «Je suis aujourd’hui l’ennemi juré du MSM, beaucoup d’amis du parti m’ont d’ailleurs tourné le dos», dit-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires