Nicolas Von Mally donne raison aux syndicalistes sur le PRB

Avec le soutien de
Nicolas Von Mally, à l'aise devant la caméra lors de sa conférence de presse de lundi 18 avril.

 Nicolas Von Mally, à l'aise devant la caméra lors de sa conférence de presse de lundi 18 avril. 

Le Mouvement rodriguais soutient «à 100 %» le combat des syndicalistes dans leur demande de pourvoir aux emplois à Rodrigues. Nicolas Von Mally évoque aussi la réformé électorale et pense que les partis de l’île seront défavorisés, car ils n’auront jamais 10 % des votes à l’échelle nationale. Ils ne pourront donc pas bénéficier du remboursement de leurs frais de campagne électorale.

Nicolas Von Mally, ancien ministre de Rodrigues et de la pêche et leader du Mouvement rodriguais (MR), a tenu une conférence de presse à deux volets à Camp-du-Roi le lundi 18 avril. Il était question du rapport du Pay Research Bureau (PRB) et de la réforme électorale. Il dit soutenir les syndicalistes qui n’approuvent pas le rapport du PRB.

Nicolas Von Mally dit comprendre que plusieurs instances syndicales locales n’approuvent pas le nouveau rapport du PRB. Il dit comprendre leurs démarches et leurs appréhensions. «Tous les syndicats de Rodrigues n’approuvent pas ce rapport. C’est vrai qu’il y aura des améliorations minimes mais les postes essentiels ne seront pas remplis comme il se doit. Il y a plus de 1 500 postes à pourvoir au niveau de l’Assemblée régionale et l’OPR (NdlR : Organisation du peuple de Rodrigues) ne prévoit d’en remplir que 150.».

Ce qu’il trouve étrange c’est que quand il fallait déposer devant le PRB, le patronat et les syndicats ont fait une déclaration commune. Mais à la sortie du rapport, chaque instance syndicale a fait sa conférence de presse en solo. «Aujourd’hui, après la publication du rapport, on entend la voix des syndicalistes, mais au niveau du patronat c’est silence radio. Est-ce qu’il approuve ?»

Aucun grand projet initié

Nicolas Von Mally s’est dit solidaire avec tous les syndicalistes qui ne sont pas d’accord avec ce rapport et les soutient. «Zot ti depoz ansam me ler rapor la sorti, silence radio kote OPR. Ki nou bizin konpran par sa ? Eski li aksepte, eski rapor la korek ? Eski zot (NdlR : le gouvernement regional) nepli lor mem longeur donde ki sindika ?» Le MR soutient à 100 % le combat des syndicalistes. «Nou soutenir zot a 100 % parski OPR ena enn obligasion moral pou rampli bann post dan Rodrig.»

Il explique qu’entre Maurice et Rodrigues, il existe une différence de taille en termes d’emploi. «A Maurice il existe un secteur privé dynamique qui pourvoit de l’emploi à des milliers de personnes. A Rodrigues, ce n’est pas le cas car notre secteur privé est dans le coma parce que le gouvernement régional de l’OPR a failli à sa tâche et à ses promesses de dynamiser le secteur privé. Aucun grand projet n’a été initié avec ce gouvernement, ni le développement du port ou de l’aéroport, ni celui de l’université, ni en terme d’aquaculture

Nicolas on Mally estime que tous ces projets, qui auraient dû mettre Rodrigues sur les rails, ont été mis au placard car c’était des projets qui émanaient du gouvernement quand son parti tenait les rênes dans l’île. «Ena bien tigit travay ki gagne dan sekter prive ici. Ek tan kit a fer enn gran proze seckter prive pou dan koma ek li pou mor dan Rodrig.» Ce qui lui fait dire que «si l’OPR pa finn kapav dinamiz sekter prive, li ena ena zordi enn devoir moral pou dinamiz sekter la parski au cas contraire, l’exode va continuer avec tous les problèmes que cela entraîne

Traiter Rodrigues différemment

Le deuxième point abordé par Nicolas Von Mally concerne la réforme électorale. «Nous avons pris note que Xavier-Luc Duval a annoncé son intention de considérer cette question par rapport à plusieurs aspects.» Il compte d’abord aborder le financement des partis politiques pour ensuite venir sur les réformes et la proportionnelle.

«Si on avance dans le sens de ce rapport concernant le remboursement des frais de campagne, il est clair que les partis politiques rodriguais ne seront jamais en mesure de bénéficier de ce financement qui exige qu’un parti doit avoir plus de 10 % des votes pour être financé. Et le financement s’applique aux élections générales seulement et pas aux élections régionales. Rodrigues a une population de 38 000 personnes, comment peut-on avoir 10 % sur le plan national? Ezot o, pe pran dimunn pou gopia ankor enn foi ? Le gouvernement central doit agir et réagir par rapport à la spécificité de Rodrigues. C’est pour cela qu’on nous a donné l’autonomie. Rodrigues doit être traitée comme un cas spécial, c’est ce que nous a donné l’autonomie. Ils nous ont déjà donné l’autonomie parce que Rodrigues est et restera un cas spécial, aujourd’hui nous demandons au gouvernement central de nous traiter sur une base spécifique comme il l’a toujours dit haut et fort. Nous vivons et existons différemment des citoyens mauriciens», s’est-il exclamé.

En ce qui concerne le système de proportionnelle «zis Rodrig ki ti ena sa. Zot ti met sa spesialman pou nou parski nou spesial, be zot bizin pran tou zafer spesial aster.» Nicolas Von Mally estime que tous les moyens sont octroyés par le gouvernement central en termes de financement pour faire avancer les choses dans l’île mais que c’est le gouvernement de Serge Clair qui n’arrive pas à utiliser les facilités mises à sa disposition pour faire avancer l’île Rodrigues autonome.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires