Ambiance: quand Lutchmeenaraidoo boycotte Bhadain

Avec le soutien de
Le ministre des Services financiers et son collègue des Affaires étrangères lors d’un point de presse. Le froid entre eux était palpable, mardi 19 avril au Parlement.

Le ministre des Services financiers et son collègue des Affaires étrangères lors d’un point de presse. Le froid entre eux était palpable, mardi 19 avril au Parlement.

Le rififi entre Vishnu Lutchmeenaraidoo et Roshi Bhadain n’en finit pas. C’est maintenant au Parlement que les deux hommes expriment leur désamour. Le ministre des Affaires étrangères ne s’est pas pointé à l’hémicycle alors que son collègue des Services financiers répondait à la Private Notice Questionsur Heritage City. Cette absence aurait pu être considérée comme une coïncidence… Mais le «boycott» a été flagrant à l’heure des questions adressées aux ministres

Vishnu Lutchmeenaraidoo est parti aussitôt que Roshi Bhadain s’est mis debout pour répondre à une interpellation sur la British American Investment. Sous les railleries et les rires des membres de l’opposition, le ministre des Affaires étrangères a marqué un temps d’arrêt entre les travées pour lancer ensuite un regard amusé à ses collègues. «KGB sa», a laissé sortir un élu de l’opposition. Avec beaucoup d’humour, Roshi Bhadain devait alors faire référence à une boisson alcoolisée.

Avant de quitter l’hémicycle, le ministre des Affaires étrangères a tenu à répondre à la question qui lui était adressée. Et par pur hasard, cette interpellation de Raffick Sorefan concernait l’ambassade de Maurice en Russie.

Commentaires de l’opposition

Vishnu Lutchmeenaraidoo avait l’air quelque peu perturbé par les commentaires venant du banc de l’opposition, qui prenait un malin plaisir à faire des blagues. «Atansion li pil enn ross lor to lédo», a-t-on entendu alors que Roshi Bhadain était assis juste derrière son collègue des Affaires étrangères. Certains élus de l’opposition devaient même faire une liaison entre le KGB et l’ambassade de Maurice en Russie.

Pour enfoncer davantage le clou, c’est avec tout le sérieux du monde que Shakeel Mohamed a posé cette question supplémentaire à Vishnu Lutchmeenaraidoo : «Quelle assurance le ministre peut-il nous donner que ces dossiers ne seront pas pris par quelqu’un d’autre ?» Interrogation qui n’a pas eu de réponse.

Lors de la tranche réservée aux questions adressées aux ministres, la Speaker Maya Hanoomanjee a dû rappeler à l’ordre plusieurs parlementaires, notamment Ravi Rutnah, Mahen Jhugroo, Aadil Ameer Meea et Shakeel Mohamed.

À un certain moment, même le Premier ministre sir Anerood Jugnauth était irrité par Ravi Rutnah. «Fer sa res trankil do», at-il lancé au Chief Whip Mahen Jhugroo. Quant à Shakeel Mohamed, c’était sur un ton moqueur qu’il demandait sans cesse à la Speaker la permission de prendre la parole.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires