Recrutement de Choomka: l’ICAC en scène

Avec le soutien de
La réponse d’Alentaris à l’un des candidats. La société de recrutement y révèle que c’est l’IBA qui a choisi les candidats qui seraient appelés pour la prochaine étape de l’entretien.

La réponse d’Alentaris à l’un des candidats. La société de recrutement y révèle que c’est l’IBA qui a choisi les candidats qui seraient appelés pour la prochaine étape de l’entretien.

Les interrogatoires concernant le recrutement de Youshreen Choomka au poste de directrice générale de l’Independent Broadcasting Authority(IBA) démarreront la semaine prochaine à l’Equal Opportunities Commission. Et l’Independent Commission against Corruption (ICAC), qui a reçu une plainte, ouvrira une enquête préliminaire.

Youshreen Choomka était, rappelons-le, la présidente du conseil d’administration de l’IBA. En octobre 2015, elle se porte candidate au poste de directrice. Elle déclare ses intérêts quand la question est soulevée au conseil d’administration et quitte la salle. Sous la présidence de l’Acting Chairman, Dev Fokeer, le board prend alors la décision d’annuler l’exercice et de créer un sous-comité de recrutement sur lequel Youshreen Choomka ne siège pas. Ce sous-comité a eu recours à une agence privée de recrutement, Alentaris, qui a publié une annonce en février 2016 pour le poste de «directeur d’un régulateur indépendant», sans préciser qu’il s’agit de l’IBA. Alentaris expliquera plus tard à l’express que c’est le client qui a choisi la formule de l’annonce anonyme.

Ainsi, officiellement, quand Youshreen Choomka se porte candidate au nouvel appel à candidatures, elle «ne sait pas» – ce sont ses propres mots – qu’il s’agit de l’IBA. Elle passe un entretien, auquel assiste Dev Fokeer, et lors duquel on l’informe qu’il s’agit de l’organisme qu’elle préside. Au final, elle décroche le job.

Les accusations potentielles de «conflit d’intérêts» ou de «trafic d’influence» pourraient être difficiles à prouver pour l’ICAC : il y a le recours à Alentaris, une société privée, et l’absence de Youshreen Choomka du comité de recrutement. L’ICAC devra se plier aux preuves, et celles-ci, sur papier, jouent en faveur de Youshreen Choomka.

Il y a aussi les réponses fournies par Alentaris aux autres candidats et à la presse. Dans l’express du mercredi 30 mars, Thierry Goder, le directeur d’Alentaris, a expliqué que «le client était tenu informé de toutes les étapes». Dans une réponse fournie à un autre candidat, qui est un employé de La Sentinelle et qui compte 15 ans d’expérience dans l’audiovisuel et le journalisme, dont 9 dans un management position, Alentaris précise que c’est le client qui a rejeté sa candidature à l’étape du screening.

Autre question: est-ce qu’en optant pour une annonce anonyme, a-t-on ouvert la voie à la candidature de Youshreen Choomka?

Par ailleurs, deux candidats, dont l’employé de La Sentinelle, ont porté plainte à l’Equal Opportunities Commission en invoquant une discrimination sur une base politique. Youshreen Choomka a intégré le MSM en 2014 et était même pressentie pour être candidate dans la circonscription numéro 3 lors des dernières législatives.

Publicité
Publicité

De brillante jeune avocate à la première femme présidente du board de l’Independent Broadcasting Authority, Youshreen Choomka avait un avenir prometteur devant elle. Mais la chute a été dure avec une commission d’enquête instituée sur elle. Voici une compilation de textes sur toute cette polémique qui s'était ensuivie.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires