Proxénétisme: une Mauricienne condamnée à 18 mois de prison à La Réunion

Avec le soutien de
(Photo d’illustration) Un couple accusé d’avoir organisé un réseau de prostitution a été condamné à purger une peine d’emprisonnement de 18 mois à La Réunion.

(Photo d’illustration) Un couple accusé d’avoir organisé un réseau de prostitution a été condamné à purger une peine d’emprisonnement de 18 mois à La Réunion.

La presse réunionnaise, ce week-end, fait état de la condamnation de Corinna Cornet, une Mauricienne et son compagnon, un ressortissant français. Cela, dans le cadre d’un réseau de prostitution qu’ils auraient organisé entre La Réunion et Maurice de 2011 à 2012 avant de passer la main à un autre couple.

L’affaire a été appelée, vendredi matin, devant le tribunal correctionnel de Saint Denis, révèle le Journal de l’île. La Mauricienne et son compagnon ont écopé de 18 moins de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende.

Le Journal de l’île précise également que l’autre couple, qui aurait, lui, exercé uniquement pendant deux mois, soit d’avril à juin 2012, a été condamné à six mois de prison avec sursis et 1 500 euros d’amende.

Dans son édition en ligne du 14 juin 2012, le journal réunionnais faisait état d’un réseau de travailleuses du sexe qui avait été démantelé par la force policière réunionnaise.

C’était, selon le journal, une véritable petite entreprise de prostitution inter-îles que le couple franco-mauricien, sans profession, avait mis sur pied depuis environ un an. L’idée était de faire venir à La Réunion des prostituées mauriciennes pour y effectuer ponctuellement quelques journées de «travail», avant de repartir vers leur île d’origine.

Démarchés sur un site de petites annonces de rencontre, les clients prenaient rendez-vous via internet et retrouvaient les filles dans de discrets meublés de tourisme du côté de Boucan-Canot.

Authentiques proxénètes

Là, pendant une semaine, deux à trois travailleuses du sexe opéraient toute la journée, et ce, environ une fois par mois. Des jeunes femmes arrivées à La Réunion avec un visa touristique, et pour lesquelles le couple âgé entre 30 et 40 ans prenait en charge une partie du billet d’avion, les transports depuis l’aéroport, le gîte et le couvert, se comportant ainsi en authentiques proxénètes et en gérant notamment la cadence des rendez-vous.

À la fin du séjour, précisait Le Journal de l’île, les recettes étaient partagées entre eux et les prostituées, ces dernières regagnant Maurice en ayant sensiblement amélioré leurs revenus habituels avec des prestations facturées autour d’une centaine d’euros.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires