Pradeep Dursun: «Simpliste de croire que le privé attend les RO pour augmenter les salaires»

Avec le soutien de

Le rapport du Pay Research Bureau a été rendu public par le ministre Wong, vendredi 1er avril. Qu’en pensent les syndicalistes, ministres et autres acteurs de la vie économique?

Pradeep Dursun a d’emblée tenu à mettre les choses au clair. Selon le Chief Operating Officer de Business Mauritius, organisme qui représente le secteur privé, l’introduction d’un salaire minimum et l’amendement apporté au National Remuneration Board semblent incohérents. Il indique qu’il est «trop simpliste de croire que le secteur privé dépend des Remuneration Orders pour augmenter les salaires».

«Il y aura beaucoup de frustration parmi les fonctionnaires.» C’est ce que prédit Narendranath Gopee une fois que ceux-ci auront pris connaissance du contenu du rapport du PRB. Le président de la Federation of Civil Servants and other Unions a notamment fait allusion au Medical Scheme. Il regrette que le PRB n’ait pas parlé de ce dossier avec les fonctionnaires.

Le syndicaliste se demande aussi si le rapport du PRB parlera le «langage de la transformation» de la fonction publique.

Rashid Imrith annonce une grève de la faim

 «Des insultes dans le rapport.» Ainsi réagit Rashid Imrith à la publication du rapport du PRB. Le président de la Federation of Public Sector and Other Unions soutient que la classe syndicale ne va pas se laisser faire et annonce qu’il y aura une grève de la faim.

Rashid Imrith est particulièrement remonté. «Le Premier ministre, dit-il, doit réaliser que le bureau du PRB a fait tout pour détruire ce gouvernement.»

«Deux contradictions», dit Deepak Benydin

D’emblée, Deepak Benydin fait état de «deux contradictions». Le salaire minimal, dit-il, vient dans quelques mois mais le rapport du PRB est publié le vendredi 1er avril et le prochain le sera d’ici cinq ans. «Comment on va corriger ça ?» Pour le syndicaliste, c’est un «mismatch», «une erreur capitale». «Ça ne résout pas le problème du salaire minimal

Deepak Benydin a aussi parlé de la «frustration générale» et du «chaos total» qui règnent au sein de corps parapublics. Il regrette que le rapport du PRB ne soit pas venu «réguler le recrutement» dans ces entités.Au final, lâche le syndicaliste, on a raté le coche.

Toutefois, il relève un point positif, relatif aux passage benefits. Si on ne voyage pas, on peut avoir l’allocation in toto, se réjouit-il.

 Radhakrishna Sadien : «Un progrès»

Il tient à prendre le temps pour lire le rapport du Pay Research Bureau (PRB) dans sa totalité. Mais d’ores et déjà, Radhakrishna Sadien est plutôt satisfait. Dans l’ensemble, il note un «progrès».

Le président de la Government Service Employees’ Association salue aussi la déclaration du ministre de la Fonction publique, Alain Wong, selon laquelle le secteur privé doit aussi connaître une révision salariale tous les cinq ans. Cela doit se faire le plus vite possible. Dans le privé, on a trop attendu, dit-il. Des Remuneration Orders, fait-il valoir, datent de 25 ans.

«Je suis content que le ministre ait parlé de Rodrigues», a aussi soutenu le syndicaliste. Rodrigues a accusé du retard sur les recommandations. Il faut qu’elle décolle, martèle-t-il. Il ne faut pas qu’il y ait un décalage entre Maurice et Rodrigues.

Il est important, souligne-t-il, de bien prendre le temps de lire le rapport. Car il se peut qu’il n’y ait que quelques points positifs et que le ministre n’ait parlé que de cela mais «90 %» de points négatifs.

Dans le même ordre d’idées, le syndicaliste demande au ministre de donner «suffisamment de temps» aux fonctionnaires pour qu’ils signent l’option form. «Lisez bien le rapport», conseille-t-il aux fonctionnaires.

Pour ce qui est de la proposition que le rapport du PRB sera publié tous les cinq ans et non tous les trois ans, Radhakrishna Sadien «personnellement» n’est pas contre. Il fait remarquer que si des conditions de travail ne sont pas encore mises en pratique que déjà un autre rapport est publié, cela deviendrait «une lutte sans fin».

Pour le syndicaliste, le PRB ne doit pas faire de discrimination entre les hauts fonctionnaires et les petits fonctionnaires. Il se demande aussi quels sont les postes qui ont été pris pour référence quand le ministre a fait mention des hauts fonctionnaires. Dans le même souffle, il a fait ressortir qu’il ne faut pas regarder juste la paie mais aussi les autres conditions de travail.

Enfin, Radhakrishna Sadien a prôné la mise en pratique des recommandations contenues dans le rapport du PRB.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires