Bhadain: «Aucune raison de ne pas investir dans la NIC»

Avec le soutien de
Roshi Bhadain soutient qu’il y a de l’argent pour la première tranche de remboursement aux détenteurs du plan SCBG en juin.

Roshi Bhadain soutient qu’il y a de l’argent pour la première tranche de remboursement aux détenteurs du plan SCBG en juin.

«La SICOM va investir. Du côté de la SBM Holdings, nous attendons également une réponse positive.» Roshi Bhadain s’est prononcé, pour la toute première fois, sur la proposition faite par la National Insurance Company (ex-British American Insurance) à la State Insurance Company of Mauritius (SICOM), à la SBM Holdings et au National Pension Fund, pour le rachat de 45 % de son actionnariat. C’était lors d’une interpellation de Paul Bérenger, à l’heure des questions aux ministres, mardi 29 mars.

Toutefois, le ministre des Services financiers devait aussitôt revenir sur ses propos lorsque le leader de l’opposition l’a repris sur «SICOM will invest», faisant ressortir que c’est au conseil d’administration de décider. «Je clarifie, a déclaré Roshi Bhadain. Ces conseils d’administration étudient la proposition.» Avant de souligner qu’«il n’y a aucune raison pour que ces entités n’investissent pas au sein de la NIC, qui a 140 000 assurances-vie contre 70 000 pour la SICOM. Sans compter que la compagnie est profitable».

Selon le ministre des Services financiers, la NIC a décidé d’ouvrir son capital pour lever des fonds «afin que le gouvernement n’ait pas à puiser des fonds publics». Il a fait valoir qu’après les rapports des actuaires de QED, du cabinet «indépendant» BDO en ce sens, un autre rapport de Deloitte était attendu entre mardi et ce mercredi. Roshi Bhadain a aussi fait ressortir que si elle investit au sein de la NIC, qui est également une compagnie d’assurances, la SICOM ne pourra le faire qu’à une certaine hauteur, comme le stipule un règlement de la Financial Services commission.

Auparavant, le ministre a affirmé qu’il y a de l’argent pour la première tranche de remboursement, à hauteur de 20 %, en forme de deben- tures aux détenteurs du plan d’assurance Super Cash Back Gold (SCBG) en juin. «Le processus de recouvrement de fonds se poursuit. Pour les actions de Britam au Kenya, nous avons signé le protocole d’accord. Les actionnaires au Kenya se sont proposés d’acheter les actions. Pour la BA Exchange, nous attendons le feu vert de la Banque centrale», a soutenu Roshi Bhadain.

En chiffres

Le ministre Roshi Bhadain a aussi rendu publique mardi les derniers chiffres sur le remboursement des détenteurs du SCBG à la suite d’une question du député du MMM Aadil Ameer Meea.

Des 16 341 détenteurs du plan d›assurance SCBG, 10 211, soit 62 %, ont été remboursés à 100 % par la National Property Fund Ltd (NPFL).

Des 6 130 détenteurs restants, 168 ayant investi un total de Rs 150 millions ne se sont pas enregistrés.

55 sociétés représentant un investissement de Rs 261 millions ne sont pas éligibles. 536 cas suspects totalisant Rs 4,3 milliards sont passés à la loupe par la Financial Intelligence Unit.

Le montant à être remboursé en cinq tranches égales du 30 juin 2016 au 30 juin 2020 aux 5 371 détenteurs restants est de Rs 5,5 milliards.

À ce jour, 737 détenteurs du SCBG n’ont toujours pas obtenu de remboursement initial. Pour 430 d’entre eux, c’est en raison des engagements qu’ils ont pris avec des banques et autres institutions financières pour obtenir des emprunts.

305 d’entre eux ont soumis des renseignements incomplets et deux font l’objet de Restraining Order de la cour

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires