Au Parlement: les mots «shut up» soulèvent un tollé

Avec le soutien de

Au Parlement, le mardi 29 mars, lors de la Private Notice Question axée sur l’affaire Dayal. Le député travailliste Shakeel Mohamed pose la question suivante au Premier ministre : «Sur quoi se base le commissaire de police pour procéder à des arrestations ? Quand il s’agit de membres de l’opposition, des arrestations ont lieu avant que l’enquête ne soit bouclée…» Sir Anerood Jugnauth aurait alors lancé, selon ceux présents, «shut up».

L’opposition démarre au quart de tour. Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, soulève, dans la foulée, un Point of Order. La Speaker, Maya Hanoomanjee, indique qu’elle n’a pas entendu le Premier ministre prononcer ces mots mais qu’elle écoutera l’enregistrement. Son ruling est attendu.

Shakeel Mohamed proteste. «Mr Mohamed, you cannot challenge the chair», réplique la Speaker. Au tour de Showkutally Soodhun et Mahen Jhugroo de se joindre à la mêlée. «Don’t get over excited», lance Maya Hanoomanjee au ministre des Terres et du logement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires