Partenariat Credentia-IPP World: les premiers services de transcréation lancés

Avec le soutien de
Les employés du joint-venture suivant la formation dispensée par Joanne Chan (première à g.) et Sanjeev Gopaul (debout).

Les employés du joint-venture suivant la formation dispensée par Joanne Chan (première à g.) et Sanjeev Gopaul (debout).

Après l’incorporation du joint-venture Credentia-IPP World en janvier, les choses s’accélèrent au sein de l’entreprise spécialisée dans la transcréation. La formation de ses 30 employés a démarré sous les commandes de Joanne Chan, directrice de la compagnie singapourienne IPP World. Le lancement des opérations est prévu ce mois-ci.

Joanne Chan et Sanjeev Gopaul, directeur du groupe mauricien Credentia, expliquent que la transcréation est une forme de traduction qui permet de recréer le contenu d’une marque en plusieurs langues pour divers pays. Ce qui la différencie de la traduction dite classique, c’est cette capacité à retranscrire avec précision les émotions et le message conviés par une marque ou une entreprise

«Une langue est vivante et dynamique. Elle transmet une émotion, souligne la directrice d’IPP World. Si une entreprise veut qu’un client ou un lecteur étranger comprenne le message qu’elle souhaite transmettre, la traduction doit aller plus loin que le sens littéral du texte.»

Ce secteur est encore assez méconnu pour l’heure à Maurice. Pourquoi s’y lancer ? Joanne Chan soutient que la région océan Indien a un fort potentiel dans ce domaine. Raison pour laquelle le joint-venture vise non seulement le marché local mais aussi la région océan Indien et Afrique, surtout les entreprises évoluant dans les secteurs financiers, le tourisme, la restauration, voire les services gouvernementaux.

Recrutements

Le joint-venture a d’autres projets dans le pipeline. À savoir servir d’interprète en mandarin ou encore étendre les services de transcréation vers des secteurs encore plus pointus tels le secteur médical et légal. Faisant référence à la stratégie de Maurice vis-à-vis de la Chine, Sanjeev Gopaul est d’avis qu’il y a un véritable vide à combler au niveau du mandarin. «Que ce soit les touristes ou les investisseurs chinois, ils sont très sensibles à la langue et aux facilités qui leur sont offertes en ce sens. Or, nous observons que cela fait défaut à plusieurs niveaux à Maurice.»

Et Joanne Chan d’ajouter que la transcréation aidera les touristes à mieux comprendre la culture mauricienne. «En traduisant, par exemple, les menus des restaurants, les touristes chinois apprendront à mieux connaître le pays», fait-elle ressortir.

«Ce qu’il faut savoir, c’est que les brochures que nous traduirons pour les entreprises locales seront imprimées à Maurice. De cette façon, nous aiderons également d’autres secteurs de l’économie», précise Sanjeev Gopaul. Pour mener à bien ces missions, l’entreprise basée à Ébène compte recruter davantage, indique l’homme d’affaires. La société peut aussi compter sur l’expérience de Credentia et d’IPP World. La dernière citée, qui a 24 ans d’expérience dans le secteur, compte 230 traducteurs basés à Shanghai et à Singapour. Credentia, qui est, elle, spécialisée dans l’investissement, compte des clients non seulement à Maurice, mais également dans la région. Notamment aux Maldives.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires