Concours: Maurice se fraye une place dans la boulangerie mondiale

Avec le soutien de
Ludovic Gopaul, Sabeer Hookoomally, Laval Sophie et Santaram Maneeram étaient récemment à Paris.

Ludovic Gopaul, Sabeer Hookoomally, Laval Sophie et Santaram Maneeram étaient récemment à Paris.

Canada, Chine, Brésil, Corée du Sud, Russie, Pays-Bas, France… Plateau relevé pour la neuvième Coupe du monde de la boulangerie, à laquelle une équipe mauricienne a pu participer, avec le soutien des Moulins de la Concorde. Ce faisant, Ludovic Gopaul, Santaram Maneeram, Sabeer Hookoomally et Florian Raymond ont contribué à placer Maurice sur la mappemonde dans le secteur de la boulangerie-pâtisserie. Et à revaloriser un métier.

«Notre participation n’aura donc pas que des retombées pour la profession», note Laval Sophie, coach délégué par les Moulins de la Concorde, auprès des quatre participants à Paris.Il y voit aussi une excellente occasion pour le pays de revaloriser la profession de boulanger. «Pas moins de 50% de nos boulangers viennent de l’étranger. Il faut mettre en place les mesures pouvant susciter l’intérêt des jeunes pour ce métier», plaide-t-il, en précisant que sur le plan local, les talentsexistent bel et bien.

PLUS DE VISIBILITÉ

Le concours, la Coupe Louis Lesaffre, s’est déroulé en marge du Salon Europain qui s’est tenu du 5 au 9 mars au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte. Une plateforme idéale pour qui veut bénéficier de plus de visibilité. Il réunit les meilleurs produits de la boulangerie, de la pâtisserie, de la confiserie, de la chocolaterie et de la glacerie. «Plus qu’un simple concours, la Coupe Louis Lesaffre est un véritable parcours d’apprentissage, un révélateur de talents, un moment d’échange et une expérience professionnelle et humaine unique», indique sur son site, la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française. Point de vue partagé par les participants mauriciens, qui n’ont pas démérité face à des concurrents de taille, à l’image de la Corée de Sud, qui a remporté la coupe. «Nous sommes condamnés à évoluer», note à ce titre Laval Sophie.

«Cette compétition a été une véritable ouverture sur le monde de la boulangerie à l’échelon global», note pour sa part Ludovic Gopaul qui travaille à l’hôtel Lux Le Morne.

«Notre présence à Paris dans le cadre de la Coupe du monde de la Boulangerie nous a permis de découvrir le riche potentiel de notre pays et les possibilités de pousser notre savoir-faire un cran plus haut. Les leçons retenues auront certainement des échos dans ma façon de faire la boulangerie», témoigne Sabeer Hookoomally, responsable d’une boulangerie basée à Plaines-des-Papayes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires