Sacs en plastique: des sanctions dès cette semaine

Avec le soutien de
Les contrevenants risquent une amende ne dépassant pas Rs 10 000.

Les contrevenants risquent une amende ne dépassant pas Rs 10 000.

Certains n’avaient pas perdu espoir que la loi concernant l’interdiction des sacs en plastique serait revue. Mais au ministère de l’Environnement, on précise qu’aucun amendement à la loi n’est à l’agenda. Au contraire, à partir de cette semaine, l’Environment Protection (Banning of Plastic Bags) Regulations 2015, qui est entrée en vigueur le 1er janvier, sera renforcée et des contraventions émises. «On procède dorénavant à l’application de la loi pour interdire l’utilisation des sacs en plastique», dit-on au niveau des autorités.

Cette loi, qui a été promulguée en août 2015, concerne l’utilisation et la vente des sacs en plastique. Il est désormais interdit d’importer, de fabriquer, de vendre ou de fournir à quelqu’un un sac en plastique. Sous peine d’une amende ne dépassant pas Rs 10 000. Jusqu’ici, le ministère de l’Environnement et la police faisaient surtout de la sensibilisation sans sanctionner. Mais, souligne-t-on, «le délai pour que tout le monde puisse s’habituer aux nouvelles mesures est passé».

Selon les autorités, sur les 140 importateurs et fabricants, seulement une douzaine a voulu contourner la loi depuis son application. Le ministère de l’Environnement indique avoir déjà accordé plusieurs permis d’importation de sacs biodégradables. L’inconvénient jusqu’à présent était qu’il n’y avait pas suffisamment de sacs alternatifs sur le marché ; ce qui avait donc ralenti les autorités pour les sanctions. Cela va changer maintenant.

Les producteurs avaient jusqu’au mois de janvier pour se reconvertir et si certains sont déjà passés aux sacs bio, d’autres peinent toujours à passer le cap. À l’instar d’Excellent Plastic Ltd. «Notre situation est très compliquée. Le travail a complètement changé, indique le directeur général, Abdool Raheman Peerbocus. Au niveau des sacs biodégradables, nous n’avons pas encore commencé car la matière première coûte cher et l’acquisition des équipements encore plus.» Du côté de Versopub, on indique être déjà passé aux produits autorisés malgré le fait que cela coûte plus cher à l’importation.

Green Bags Ltd, fabricant de sacs biodégradables, indique avoir sollicité une classification au fabricant de ces sacs en non-woven polypropylene afin de se faire exempter de la liste des matières interdites. «Actuellement dans la loi, cette matière est interdite. Mais nous avons eu la certification du ministère de l’Environnement», dit un responsable. Cependant, le ministère souligne que cette matière première est toujours interdite à ce jour.

Les contrevenants risquent une amende ne dépassant pas Rs 10 000.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires