Maison saccagée à Plaine-Magnien: «Si to pa retourne, mo pou pik twa ek to fami», menace un petit ami éconduit

Avec le soutien de
La demeure vandalisée des parents d’une adolescente de 13 ans à Plaine-Magnien.

La demeure vandalisée des parents d’une adolescente de 13 ans, à Plaine-Magnien.

Il n’aurait pas apprécié que les proches de sa petite amie aient porté plainte contre lui. Cet habitant de Plaine-Magnien, âgé de 18 ans, se serait donc introduit chez eux et aurait vandalisé leur maison. Il a été arrêté hier, mercredi 9 mars, en début d’après-midi, et placé en détention.

Le jeune homme est également accusé d’avoir eu des relations sexuelles avec une mineure, sa petite amie étant âgée de 13 ans. Quant à l’adolescente, elle a été placée dans un centre spécialisé.

L’express a rencontré les proches de la jeune fille dans leur modeste demeure à Plaine-Magnien. Ces derniers disent vivre un véritable calvaire depuis sept mois, soit depuis que leur fille s’est amourachée du suspect, qui est un proche et voisin. «Nous savions qu’il avait de mauvaises fréquentations. Et lorsque nous avons su que les deux étaient amoureux, nous avons tenté d’y mettre un terme», raconte le grand-père de l’adolescente. Ce qui a provoqué la colère des amoureux.

«Le soir venu, elle encaissait les coups de ce garçon sans se plaindre. Li ti pé tir sab avek tifi-la»

En novembre dernier, l’adolescente, étudiante en pre-voc dans une institution, à Rose-Belle, fugue une première fois. Les parents du jeune homme affirment, pour leur part, qu’ils ne pouvaient rien dire à la jeune fille car elle voulait vivre avec le suspect. «Elle fuyait sa maison le soir pour venir chez nous. Même si on la réprimandait, elle continuait à venir», raconte la mère et la grand-mère du jeune homme.

«Le soir venu, elle encaissait les coups de ce garçon sans se plaindre. Li ti pé tir sab avek tifi-la», raconte une voisine qui a dû intervenir à plusieurs reprises. La jeune fille, qui aurait été contrainte à prendre de l’emploi comme vendeuse dans un magasin, devait remettre la totalité de son salaire à son petit ami, soutiennent des proches de l’adolescente. D’ailleurs, ils auraient, à maintes reprises, signalé ce cas à la police afin que le jeune homme laisse leur famille en paix. «Quand on a eu vent de la manière dont notre fille était traitée, on lui a demandé de revenir», raconte le père de l’adolescente.

Ainsi, la semaine dernière, l’adolescente a décidé de rentrer chez elle, au grand dam de son petit ami. «Lorsque ma fille est rentrée, il l’a menacée. Il lui a dit : ‘si to pa retourné mo pou pik twa ek to fami, enn par enn’», relate la grand-mère de l’adolescente. Entrant dans une rage folle, le jeune homme aurait fait irruption au domicile des parents de la fille. «On se trouvait à Grand-Bassin samedi. Ce sont des voisins qui l’ont vu en train de saccager la maison. Quand ma femme est rentrée dimanche matin, elle est tombée des nues en voyant l’état des meubles», raconte le père de famille. «Il a forcé ma fille à retourner chez lui», poursuit-il.

Les proches portent alors plainte au poste de police de Plaine-Magnien. «Mardi soir, quand la police est allée chercher le jeune homme et ma fille, les parents de ce dernier ont dit qu’ils ne savaient pas où ils se trouvaient. Mais ils étaient à l’intérieur.» Le jeune homme se serait à nouveau introduit à l’intérieur de la cour de cette famille et aurait démoli leur porte, hier. C’est son père qui l’a sommé d’arrêter avant d’alerter la police.

«Kouma nou pou kontinié viv dan laper koumsa», se demande les proches de l’adolescente. Ils souhaitent qu’avec l’arrestation du suspect tout retournera à la normal et disent être soulagés que l’adolescente ait été prise en charge par le ministère de l’Égalité des genres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires