Entretien des drains: les autorités se renvoient la balle

Avec le soutien de

Qui blâmer après que plusieurs endroits, dont Fond-du-Sac, ont été envahis par l’eau lors de grosses pluies d'il y a deux semaines? Qui doit s’occuper de l’entretien des drains à travers l’île? Qu’en est-il du financement des travaux? Des questions qui restent bien souvent sans réponses, chacun se renvoyant la balle. Certains estiment qu’il revient aux conseils de district et aux mairies de s’occuper de l’entretien des drains, d’autres indiquent qu’il y va de la responsabilité de chaque citoyen. D’autres encore déplorent le manque de financement et de main-d’œuvre…

À la mairie de Port-Louis, on affirme que le nettoyage des drains se fait de manière systématique. Si des manquements sont notés, ils sont rapportés à la National Development Unit qui se charge de la construction de drains si nécessaire.

Les mairies et conseils de district n’ont pas toujours les moyens de s’occuper de l’entretien des drains, fait-on ressortir. «Auparavant, notre budget pour l’entretien des drains était de Rs 5 millions. Deux semaines avant les inondations, nous avons reçu une lettre du ministère nous informant que cette somme a été ramenée à Rs 1 million, ce n’est pas suffisant», explique Dhiraj Sookur, président du conseil de district de Pamplemousses.

«Pour certains travaux, il faut se tourner vers les collectivités locales, pour d’autres vers la National Development Unit ou encore la Road Development Authority», indique, quant à lui, Toolsyraj Benydin, député de la circonscription n°15. «Il y a aussi des procédures administratives à respecter.»

Le député Sangeet Fowdar indique, lui, que «la National Development Unit avait un plan pour les travaux mais n’avait pas jugé important de  faire voter le budget. Il a fallu des inondations pour que cela soit fait».Et d’expliquer que«de leur côté, les habitants doivent coopérer. Nous devons avoir leur permission pour pouvoir construire des drains sur leur terrain mais certains ne collaborent pas. Les députés ne peuvent pas forcer l’exécutif à faire bouger les choses».

De son côté, Danielle Selvon, députée de la circonscription n°1, estime que c’est plutôt le manque de suivi qui est la cause de nombreux problèmes. Elle a d’ailleurs préparé un rapport concernant les travaux et le suivi à effectuer dans sa circonscription. «À Canal-Dayot, les drains ont été nettoyés mais la mairie n’a pas fait de suivi. Dans certaines régions, ce sont les habitants eux-mêmes qui se mobilisent pour le nettoyage. Il faut que les conseillers se concertent pour mener à bien l’entretien des drains

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires