Trepalium : Territoire divisé

Avec le soutien de

Ambitieuse. Tel est le qualificatif le plus adapté pour décrire la série Trepalium. Une série politique, sociale forte, qui raconte un futur où 80 % de la population est sans emploi. Pour mettre en œuvre cette série, Antares Bassis et Sophie Hiet, se sont inspirés de «Bienvenue à Gattaca», «Les Fils de l’Homme» ou encore de Hunger Games.

L’histoire captive. Dans un futur proche, une jeune femme, Izia, tente de survivre. Elle est née dans «la Zone», du mauvais côté du mur, un mur qui a été dressé pour séparer les Zonards des 20% d’actifs de la ville. Au fil du temps, les tensions se sont accentuées entre les deux territoires : une rébellion est née parmi certains chômeurs. Lors de six épisodes de 52 minutes, les créateurs s’interrogent sur les sociétés ultra-libérales. Ils se posent aussi des questions sur notre présent en explorant un possible futur fait de peurs et d’angoisses. L’accueil est mitigé chez les critiques mais quoi qu’il en soit, la série offre un véritable exercice de style, une proposition artistique forte, portée par d’excellents comédiens. L’actrice française Leonie Simaga est formidable et Ronit Elkabetz, incroyable. Un projet qui aurait sans doute mérité plus d’épisodes et plus de personnages pour prendre toute son ampleur et développer son sujet à fond.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires