Questions à... Rama Valayden : «Des députés du MSM m’envoient des clients»

Avec le soutien de


Vous êtes de tous les combats depuis votre adhésion au PTr. Pourquoi ?

La réponse est simple. Elle dépasse la politique. J’ai toujours été aux côtés des plus démunis. À un certain moment, on m’appelait la voix des sans voix. L’année dernière, j’avais des affaires aux Assises mais depuis le début de l’année, les gens viennent me voir. C’est pour cela que je parais plus engagé. Toutefois, le plus important est que les gens s’organisent eux-mêmes car je ne crois pas aux Zéros.

Donc, ce sont des gens qui viennent vers vous et pas le contraire ?

Oui, comme je suis accessible, les gens viennent me voir. Par exemple, samedi (NdlR : 6 février), j’ai travaillé jusqu’à fort tard même en étant souffrant et malgré la recommandation du médecin pour que je prenne quelques jours de repos. J’ai reçu des employés de la MBC, de France Telecom, de l’industrie sucrière. Je constate qu’il y a actuellement un certain dégoût au niveau de toute la population. Je ne parle pas d’un dégoût politique mais d’un pessimisme profond. Le pays sent le soufre. Ça peut exploser à tout moment…

Qu’attendez-vous en retour de vos conseils légaux prodigués gratuitement ?

J’ai toujours défendu les personnes aux Assises gratuitement. Je n’attends rien. Je ressens une certaine satisfaction d’avoir aidé les gens et je suis bien accueilli partout. J’espère également que cela va aider le PTr, même si, politiquement, cela ne veut rien dire.

J’ai appris qu’en politique, ce n’est pas en aidant les gens que je deviendrai plus populaire ou que je serai élu demain. À Maurice, cela se joue sur d’autres considérations.

Lesquelles ?

Le communalisme, le «castéisme». Des considérations qui peuvent vous pousser à l’inertie ou au découragement. Comme je suis optimiste, je vais continuer à pousser le rocher de Sisyphe.

N’êtes-vous pas en train de faire de l’ombre à votre leader Navin Ramgoolam ?

Je ne pense pas faire de l’ombre à mon leader. Au contraire, il m’encourage à aider les gens. Il recommande aux gens et aux plus démunis de venir me voir. Des députés du MSM, des policiers, des magistrats m’envoient même des gens. Je ne refuse pas. Il faut aider.

Aspirez-vous un jour à prendre les rênes du PTr ?

Je n’aspire à rien, si ce n’est qu’à aider le PTr à se transformer en un parti qui sera bientôt au pouvoir.

Serez-vous candidat au poste de leader du PTr en 2017 ?

Non. Je suis catégorique là-dessus.

Si on vous le demande ?

Je ne le crois pas. Il y a d’autres personnes bien plus aptes, de par l’histoire du PTr. Mais j’espère que je jouerai un rôle important.

Maintenez-vous que Navin Ramgoolam n’est pas un boulet pour votre parti ?

Je ne le crois pas. Je crois plutôt que les prochaines semaines et mois viendront contredire ceux qui le pensent. Le pays sent le soufre. Les gens peuvent ne pas approuver tout ce qui a été fait par le PTr ou par Navin Ramgoolam, mais en jugeant avec ce qu’ils ont devant eux, ils penseront autrement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires