Gayan: «Il ne faut pas utiliser Brown-Séquard comme un dumping ground»

Avec le soutien de
Conférence sur la santé mentale organisée le jeudi 4 février.

Conférence sur la santé mentale organisée, le jeudi 4 février.

Une conférence sur la santé mentale a été organisée par la British High Commission et la Nurses’ Union, le jeudi 4 février, sur le thème «Dignity in Mental Health». Le ministre de la Santé, Anil Gayan, qui y a assisté, a déclaré vouloir amender la Mental Health Act.

«Nous voulons amender la loi afin que tous ceux qui souffrent de troubles mentaux soient traités comme des malades ‘normaux’. On veut offrir du Community Care», a-t-il indiqué. Selon lui, avec cet amendement, les patients seront suivis à domicile par des infirmiers et n’auront ainsi plus à se rendre dans des centres hospitaliers ou des Day Care Centres.

Et une attention spéciale sera accordée à l’hôpital Brown-Séquard. L’objectif étant d’améliorer les services offerts. Si des patients de plus de 60 ans y sont admis afin qu’ils ne constituent pas un fardeau pour leur famille, Anil Gayan a plaidé pour que cet hôpital ne soit pas utilisé comme un «dumping ground».

Le ministre devait faire ressortir que chaque année, 100 000 personnes ont besoin de soins psychiatriques. Pour lui, personne n’est à l’abri. «Les statistiques démontrent qu’il est prévu que 50% de l’humanité sera atteinte de troubles mentaux

300 infirmiers formés

De son côté, Ram Nowzadick, président de la Nursing Association, a confié que 850 patients souffrant de «maladies mentales» sont internés à l’hôpital Brown-Séquard. Et, a-t-il souligné, l’association organisera des ateliers de travail afin de «lutter contre la stigmatisation des malades mentaux et physiques». Cette année, 300 infirmiers vont être formés. «Mo fer enn lapel positif, san critiker, nu vinn de lavant ek lans sa cours la, donn formation a ban personnel», a-t-il demandé. «On veut réinsérer ces patients dans la société pour qu’ils soient productifs

Pour Jonathan Drew, British High Commissioner, il «est important d’aider les gens à se rétablir avec dignité». Il a également indiqué qu’il faut adopter une approche pluridisciplinaire. Il estime ainsi qu’il faut s’assurer que Maurice ait les compétences professionnelles adéquates pour traiter les troubles psychiatriques.

Bernard Graham, Mental Health Specialist et conférencier, a, lui, soutenu qu’un patient peut être guéri grâce à un soutien adéquat. «C’est similaire à la santé physique. La majorité des patients s’en sortent», a-t-il assuré. Selon lui, la majorité des gens sont exposés à la dépression. «Le soutien familial et professionnel est important pour traiter la dépression

D’autres intervenants ont pris la parole à cette conférence, notamment le Dr Parmanun Jagarnath, consultant en psychiatrie, le Dr Pascale Dinan, spécialiste en gériatrie, Georgina Hollingsworth, Consular Lead Social Work Advisor, Anthea Mason, et Lina Assy, Vice Consul British High Commissioner Cape Town et Maurice respectivement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires