Affaire de la sex-tape: la juge s'interroge sur une levée du contrôle judiciaire de Benzema

Avec le soutien de
Les footballeurs français Mathieu Valbuena (g) et Karim Benzema le 8 juin 2014 au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord

Les footballeurs français Mathieu Valbuena (g) et Karim Benzema le 8 juin 2014 au stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord.

La justice s'interroge sur une éventuelle levée du contrôle judiciaire qui interdit à Karim Benzema d'entrer en contact avec son coéquipier des Bleus Mathieu Valbuena dans le cadre de l'affaire du chantage à la sex-tape, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Versailles.

La juge d'instruction Nathalie Boutard « a communiqué la procédure au parquet aux fins de savoir si le contrôle judiciaire devait être maintenu en l'état ou non », a déclaré le procureur de Versailles Vincent Lesclous. « Le parquet prendra ses réquisitions dans les prochains jours », a-t-il précisé.

Si la juge a demandé l'avis du parquet, c'est qu'elle entend lever ou modifier cette mesure. In fine, la décision sur une éventuelle levée du contrôle judiciaire revient à la magistrate, qui n'est pas liée par les réquisitions du parquet.

Contacté par l'AFP, l'avocat de Karim Benzema, Alain Jakubowicz, s'est refusé à tout commentaire.

Benzema a été mis en examen le 5 novembre pour « complicité de tentative de chantage » à l'encontre de Valbuena et « participation à une association de malfaiteurs », des infractions passibles de cinq ans d'emprisonnement.

Cette nouvelle étape dans l'affaire qui empoisonne l'équipe de France de football à quelques mois de l'Euro-2016 intervient après que la juge a de nouveau entendu jeudi l'attaquant du Real Madrid.

Benzema n'avait formulé aucune demande de modification de son contrôle judiciaire à l'issue de cette audition, selon des sources concordantes.

Une levée de l'interdiction faite à Benzema de rencontrer Valbuena, y compris sur le terrain, reposerait la question de l'avenir du joueur madrilène chez les Bleus et d'une éventuelle participation des deux joueurs à l'Euro qui se déroule en France du 10 juin au 10 juillet. Une telle décision est en tout cas très attendue par la Fédération française de football (FFF) qui a déclaré Benzema non sélectionnable en « bleu » tant que sa situation judiciaire n'évoluerait pas.

Au coeur de l'affaire, une vidéo intime de Valbuena subtilisée par trois escrocs présumés, sujet d'une conversation entre les deux joueurs, le 6 octobre, au centre d'entraînement de l'équipe de France à Clairefontaine, et dont la tonalité - bienveillante ou pressante - est sujette à caution.

« Je pense que c'est un gros malentendu. Ce n'était que de l'aide, je n'avais rien d'autre derrière la tête, (pas) de chantage ou d'argent », avait alors assuré l'avant-centre du Real à la juge, selon ses déclarations publiées par Le Monde.

« Benzema m'a fait peur, il m'a menti »  en assurant avoir visionné la fameuse sex-tape, avait pour sa part relaté Mathieu Valbuena devant la magistrate le 20 novembre, selon des extraits de son audition également rendus publics par le quotidien.

L'enquête touche à sa fin, d'après des sources judiciaires. Si la justice devait décider de renvoyer Benzema devant un tribunal correctionnel, ce procès, selon toute vraisemblance, ne pourrait pas se tenir avant l'Euro, en raison des délais incompressibles de procédure, ont-elles ajouté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires