Menace terroriste: «Ça ne peut pas être lui !», disent les collègues d’Ish Sookun

Avec le soutien de
Capture d’image de la vidéo de surveillance des locaux de La Sentinelle le 20 janvier, jour où le mail a été envoyé.

Capture d’image de la vidéo de surveillance des locaux de La Sentinelle le 20 janvier, jour où le mail a été envoyé.

«Pourquoi aurait-il fait ça ? Lui qui a fait tant pour son pays», affirment les deux collègues d’Ish Sookun, Sandeep Ramgoolam et Yusuf Abdoolsatar. Les trois ont intégré le département digital de La Sentinelle en 2015. Pour eux, c’est sûr qu’Ish Sookun, qui a été inculpé sous les dispositions du Prevention of Terrorism Act (PoTA), ne peut être l’auteur du mail envoyé le 20 janvier dernier faisant état de menaces terroristes dans d’importants lieux de Port-Louis.

Pour Yusuf Abdoolsatar, son collègue Ish Sookur «n’a aucune raison de faire une chose pareille». «Il est au sein de l’ICT Advisory Council volontairement. Il n’est pas payé pour cela. Il a pris position sur la carte biométrique. Quelles auraient été ses motivations à faire une chose pareille ?» s’interroge-t-il.

Selon la déposition de l’assistant surintendant de police Tritrudeo Dawoodharry sur la motion de remise en liberté d’Ish Sookun à la Bail and Remand Court, la police croirait que l’informaticien Ish Sookun est l’auteur du mail envoyé le 20 janvier dernier.

Les caméras de surveillance vérifiées

Mais où était Ish Sookun au moment des faits ? Nous nous sommes posé la question et nous avons vérifié les caméras de surveillance de l’entreprise ainsi que les données du logiciel de présence. Selon ces informations, Ish Sookun était, bel et bien, dans les locaux de La Sentinelle au moment des faits, c’est-à-dire, à 11h37, soit à l’heure où le mail aurait été transmis.

D’après les vidéos de la caméra de surveillance des locaux de La Sentinelle, Ish Sookun était à sa place. En effet, ce jour-là, l’informaticien était arrivé dans les locaux de La Sentinelle à 10h15 et il avait fini son travail à 17h37. Entre-temps, sa seule sortie hors des locaux de La Sentinelle s’est faite aux environs de 12h30 quand il était allé, accompagné de deux de ses collègues, acheter des équipements qui devaient servir au plateau spécial prévu le lendemain à l’occasion de la visite du ministre Bhadain dans les rédactions du groupe. Après les heures de bureau, c’est accompagné de ses deux collègues qu’il est allé jouer un match de foot sur le terrain de l’entreprise.

Qui est-il ?

C’est un jeune homme qui n’a pas peur de dire ce qu’il pense. La plupart des gens interrogés ont retenu ce trait de caractère chez ce trentenaire. Ish Sookun a rejoint La Sentinelle Ltée le 15 octobre 2015. «Il est System Administrator à La Sentinelle. C’est-à-dire qu’il se charge des serveurs et de l’administration du système du site lexpress.mu. C’est un jeune homme très tenace qui a toujours voulu du bien pour son pays», affirme Loïc Forget, directeur du pôle digital du groupe.

Cet habitant de Providence est l’exemple même du «self-made-man». «Il a tout appris seul. C’est cet aspect qui nous a plu chez lui», poursuit son chef hiérarchique.

Dans un précédent article de lexpress.mu, Ish Sookun avait affirmé qu’il est «la preuve même que l’on peut réussir sans études supérieures. «I was always the one who got high marks…», avait-il déclaré en 2014. Parmi ses nombreuses participations à des forums informatiques, l’on compte des événements organisés par le ministère des TCIs, l’ambassade des États-Unis mais aussi différentes universités ayant fait appel à ses connaissances.

Ses amis retiennent principalement son combat pour démontrer les failles dans la protection des données recueillies pour la carte biométrique. En 2014, il témoignait en tant qu’expert lors du procès sur la nouvelle carte d’identité. À l’époque, il avait affirmé qu’il suffisait d’un logiciel spécifique ou d’un câble USB pour accéder à ces informations censées être confidentielles.

Le parcours type d’un courriel

Nous avons voulu comprendre la trajectoire d’un email. Sollicité pour une explication, le Systems Engineer Ajay Ramjatan affirme qu’un courriel électronique fonctionne à peu près comme l’on enverrait une carte postale. «Contrairement à ce que nous pouvons penser, un email ne sort pas simplement d’un point pour aller à un autre. Il peut transiter par différents serveurs sur Internet. Et pour remonter à la source d’un courriel électronique, il nous faut refaire sa trajectoire. C’est-à-dire, identifier tous les serveurs par lesquels le mail a pu transiter, tout en assumant que les infos que l’on reçoit de ces serveurs soient avérées», explique-t-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires