Roshi Bhadain face aux rédactions de La Sentinelle : «Le DPP est devenu un monstre»

Avec le soutien de

C’est le membre de l’alliance Lepep le moins aimé par l’opposition. Très en vue en 2015, Roshi Bhadain risque fort de l’être encore en 2016, avec des dossiers comme la MBC, la création des institutions sous la Good Governance and Integrity Act, ou encore la Financial Crime Commission avec l’ICAC en toile de fond qui l’attendent au tournant. Roshi Bhadain répond aux questions de La Sentinelle. En face de lui: Touria Prayag, de l’express-weekly, Axcel Chenney, responsable multimédia, Jean Paul Arouff, de Business Mag. Suivez en fil rouge.

Chronologie des événements

update 32

L’interview de Roshi Bhadain s’achève sur une longue réplique de ce dernier pour saluer le courage des anciens de la BAI qui travaillent sous la National Insurance Company.

update 28

Dernier volet de cette interview : l’affaire BAI

Axcel Chenney : «Depuis dix mois que l’affaire a éclaté le contribuable ne paie pas pour l’affaire BAI ?»

Roshi Bhadain : «Dites-moi ou ? Le contribuable n’aura rien à payer quant au Super Cash Back Gold. Bérenger vient dire la population devra payer Rs 10 milliards. Comment ? Montrez-moi comment.»

update 28

«Avant que mon mandat ne s’achève, dans 5 ans, il y aura une méthodologie dans le recrutement. Il faut que ce soit enshrined, comme j’ai fait avec l’Unexplained Wealth. C’ est mon intention.»

update 27

Mais, reconnaît Bhadain, nous avons toujours des problèmes avec la manière dont les émissions sont animées.

Touria Prayag intervient : «Ce n’est pas possible d’ arrêter une chose aussi simple que la propagande ?»

Roshi Bhadain : ‘Ce n’est pas aussi simple. Nous avons essayé. Nous avons besoin d’une personne calée pour pouvoir mettre fin a ce lobby politique qui a existé depuis des années.’

Touria Prayag : « Quand ?»

 

Roshi Bhadain, exaspéré : «I will change it. Give me time for god sake.»

update 26

Axcel Chenney: «Est ce que Jean Claude de l’Estrac reste un candidat comme directeur général de la MBC?»

Roshi Bhadain : «Je trouve qu’il est la personne. Mais il y a des procédures transparentes à suivre...»

update 25

Le ministre Bhadain annonce cependant que le management a fait un très bon travail. «Nous pouvons désormais réduire la dette. J’en parlerais au conseil des ministres demain.»

update 26

Sur le dossier de la MBC et la nomination d’un directeur général

Roshi Bhadain : «La MBC est comme les autres institutions qui opèrent dans le rouge mais avec trop d’employés… Il y a plus de 800 postes a la MBC. A mon avis, il ne faudrait que 350 – 400 personnes. Que faisons-nous ? Licencier ?... L’on parle des institutions où des agents ont été fourres, comme le casino. »

update 24

Axcel Chenney : «Comment fait-on pour être ministre de la Bonne gouvernance et nommer son père à la DBM ? »

Roshi Bhadain : «Il était à la MEXA. Vishnu Lutchmeenaraidoo l’a approché pour mettre de l’ordre à la DBM. Je lui ai dit de ne pas accepter. Il m’a répondu qu’il voulait aider, contribuer pour son pays et que cela ne me concerne pas en tant que ministre.»

update 23

Roshi Bhadain : «Et le fait brutal est qu’il est le frère d’Arvin Boolell qui aspire au leadership du PTr. S’il décide de poursuivre ou pas Navin Ramgoolam, il y aura toujours une perception de ‘bias’. Si oui, il veut propulser son frère. Si non, il protège le PTr.»

 

Axcel Chenney : «Quelle solution ?»

 

Roshi Bhadain : «Personne n’a anticipé qu’il aurait autant de pouvoirs.»

 

Touria Prayag : «Le DPP est bien nommé par le Judicial Legal Services Commission.»

 

Roshi Bhadain : «Maurice étant ce qu’elle est, nous savons tous quelle sorte d’influence Navin Ramgoolam avait. Est-ce qu’il aurait accepté que le frère de Roshi Bhadain soit DPP ?» Et d’ajouter : «Il y a un problème avec notre système de nomination, dans la Constitution. Ce que les Anglais ont laissé était applicable à une époque. Il faut de nouveaux concepts.»

update 22

Roshi Bhadain : «Le DPP peut décider qui poursuivre, sans aucune justification. Et puis, il y a le système de provisional charge. Vous décidez qui arrêter, qui poursuivre. Il a trop de pouvoirs, ce n’est pas bon pour la bonne gouvernance.»

update 21

 

Roshi Bhadain : «Le DPP est devenu un monstre.»

update 20

Le ministre de la Bonne gouvernance : «L’ICAC a toujours été une institution manipulée par la politique. Elle est monitored par un comité parlementaire, donc des politiques.»

update 18

 

Roshi Bhadain: «Kaushik Goburdhun n’est pas mon cousin. It’s all about fairness. J’ai croisé le fer avec lui sur plusieurs affaires. (…) Sa nomination a été faite selon les procédures prévues par la loi.»

update 17

«Il y a eu des nominations très critiquées et je suis d’accord», dit Roshi Bhadain. «Quelles sont-elles», questionne Axcel Chenney. «Je ne pourrais pas le dire mais j’ai dit, dans le proper forum, que je n’étais pas d’accord. Il y a eu des imperfections dans les nominations. Mais il y aura un changement.»

update 16

Question d’Axcel Chenney : «Rakesh Gooljaury a-t-il été ciblée par une enquête ?» Au ministre de la Bonne gouvernance de répondre : «Oui, une affaire sur Bagatelle Dam mais je ne peux en dire plus.»

update 14

Touria Prayag revient sur la question de nettoyage. «Rakesh Gooljaury est-il un témoin privilégié ? Sans que le DPP ne le sache ?»

Roshi Bhadain : «Demandez au DPP.»

Touria Prayag : «Le DPP dit qu’il ne sait pas…»

Roshi Bhadain : «Vous êtes en train de mettre le DPP dans une position difficile. Je n’en sais rien. Ce que je sais c’est que quand une enquête est terminée, le DPP tranche sous l’article 72 de la Constitution.»

update 14

Roshi Bhadain : «Paul Bérenger dit on a pris Rs 10 milliards des caisses de l’Etat. D’où tire-t-il ce chiffre ? Il n’y a pas de vendetta. Est-ce qu’il y avait Ponzi oui ou non ? Ne fallait-il pas sauver ces 200 000 familles.»

update 13

 

«Rakesh Gooljaury est témoin dans une affaire. Il a donné des informations précises sur des actes criminels. S’il est impliqué dans d’autres actes criminels, la justice suivra son cours.»

update 12

Axcel Chenney : «Avez-vous pris le Private Banker de Ramgoolam ? Est-ce lui qui vous donne des informations ?»
Roshi Bhadain : «Des insanités.»
Axcel Chenney : «Avez-vous pris l’assistante du gouverneur sans appel d’offres ? Est-ce comme cela que vous avez des informations ?»
Roshi Bhadain : «Nous avons pris des gens sur la base de leurs compétences.»
Axcel Chenney : «Vous prenez des gens qui étaient dans l’ancien gouvernement. Il y a une forme de nettoyage sélectif.»
Roshi Bhadain : «La vendetta politique est un vulgaire slogan de ceux qui abusent du système.»
Axcel Chenney : «La perception est que ce nettoyage est injuste…»
Roshi Bhadain : «Moi je vous dit que non.»

udate 11

«Nous allons changer le système. La première année, il fallait créer un conductive environnement. Le nettoyage va continuer.»

update 11

Autre volet de l’interview : le nettoyage du pays. «Si ou pa kontinie nettoye ou ress lamem. Quand on regarde ce qui est arrivé au pays ces dix dernières années. C’est la jeunesse mauricienne qui a dit non.»

update 10

Axcel Chenney : «Pourquoi est-ce vous pour le projet Captive Insurance et pas un autre ministre ?» Réplique de Roshi Bhadain : «Il y a plusieurs aspects dans ce projet : technologie, bonne gouvernance, qui est sous ma tutelle.»

update 9

Touria Prayag interroge Roshi Bhadain sur la création annoncée de 10 000 emplois au niveau de la Captive Insurance. «Comment êtes-vous arrivé à ce chiffre ?» demande la journaliste. «Il faut voir quel genre de Captive Insurance Company vient. L’on ne parle pas de la création d’emploi de 5-6 personnes par compagnie. C’est trop simpliste», souligne le ministre.

update 9

 

«Y a-t-il déjà eu création d’emploi ?» demande Touria Prayag. «Quand une compagnie arrive, il y a une étude de faisabilité… Ce n’est pas aussi simpliste que cela. Dans le projet de Old Mutual, ils veulent investir 10 milliards. La compagnie doit d’abord commencer à opérer. L’investissement arrive graduellement. Old Mutual fait due diligence pour reprendre la National Insurance Company complètement», indique Roshi Bhadain.

update 8

«Les chiffres sont importants. Vous avez parlé il n’y a pas longtemps d’un investissement de 10 milliards», souligne Touria Prayag, de l’express-weekly. «Old Mutual, c’est cela le projet. L’investissement a été fait là-bas», dit le ministre.

update 8

Il y a un déraillement de l’économie mondiale. Pourquoi les Saoudiens viendraient ?» questionne Jean Paul Arouff. Réponse de Roshi Bhadain : «14-16% de retour sur investissement, voilà leur avantage. Sans compter le return on equity. A Maurice, nous avons un excès de liquidités, cela donne l’occasion à des investisseurs d’avoir un retour de 6%.»

update 7

 

«Quelle croissance avec ce projet», demande Axcel Chenney, responsable multimédia. «1,2% de GDP sur une période de trois ans», répond Roshi Bhadain.

Update 6

A Jean Paul Arouff, rédacteur en chef de Business Mag, qui l’interroge sur le financement pour le projet de Heritage smart city, Roshi Bhadain devait parler de 220 millions de dollars. «Le terrain appartient à la SLDC. Nous recherchons aussi des financements de l’extérieur, notamment de l’Arabie saoudite. Nous leur avons présenté le projet et parlé d’un prêt de 300 millions de dollars. Il y a aussi une autre proposition de 200 millions de dollars en forme de redeemable preference shares pour ne pas peser sur la dette publique. L’investisseur aura un return. Ce n’est pas vendre l’île aux étrangers. Ca c’était une proposition initiale. Mais on a une autre proposition. Au lieu d’un prêt de 300 millions, 425 millions de dollars sous forme de redeemable shares car le FMI nous a dit de réduire la dette nationale de 50%.»

 

update 4

Toujours sur le projet Heritage City. Selon Roshi Bhadain, le Parlement, le PMO, entre autres, s’y trouveront. Aussi, des restaurants, des activités commerciales. Le concept étant de work, live and play dans un seul lieu. «C’est un modèle intégré qui rejoint tout le développement de la région», indique le ministre. Sans oublier le concept de e-governance. «Il y a tout un système archaïque qui sera revu.»

 

update 3

D’abord, Heritage City. «Le projet est réaliste», indique Roshi Bhadain. «Le montage financier est solide, ce qui démontre la viabilité du projet. Nous prenons le challenge. Dans trois ans, Heritage City sera là», poursuit-il. On parle là de 336 arpents.

update 2

«Qui se cache derrière Roshi Bhadain», démarre Axcel Chenney, qui mène le débat. Une série de sujets seront abordés : l’ICAC, la MBC, la BAI, la politique…

Undate 1

Le ministre de la Bonne Gouvernance Roshi Bhadain arrive dans les locaux de La Sentinelle, à Riche-Terre. Le débat est lancé…

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires