Nominés politiques: «Que le PM s’explique au comité de l’ICAC», dit Mohamed

Avec le soutien de
Shakeel Mohamed affirme qu’il n’hésitera pas à solliciter le PM sur les dysfonctionnements au sein de l’ICAC.

Shakeel Mohamed affirme qu’il n’hésitera pas à solliciter le PM sur les dysfonctionnements au sein de l’ICAC.

Shakeel Mohamed est le seul à représenter l’opposition au sein du comité parlementaire de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). En effet, les trois députés du MMM ont démissionné, le mercredi 13 janvier. Sollicité après le départ des Mauves, le député du Parti travailliste insiste qu’il ne compte pas leur emboîter le pas pour l’instant.

«Si besoin est, je ferai appeler le Premier ministre sir Anerood Jugnauth, responsable des nominations à l’ICAC ainsi que le ministre Roshi Bhadain pour qu’ils s’expliquent car il y a un problème au sein de cette institution. L’on y nomme des proches du pouvoir», déclare le député. En effet, la façon dont le gouvernement a nommé Kaushik Goburdhun au poste de directeur n’est pas au goût du député travailliste. Il a également en tête la nomination de Shakila Jhungeer.

Malgré ces nominations, Shakeel Mohamed estime que c’est son devoir de rester au sein de ce comité pour poser des questions. «Ces nominations ne sont que le sommet de l’iceberg. Selon mes informations, le problème est beaucoup plus grave», explique-t-il.

Par ailleurs, Shakeel Mohamed dit comprendre la position du MMM. Il apprécie que le président du parti, Rajesh Bhagwan, lui ait fait part de l’intention des députés mauves avant de l’annoncer publiquement.

«Perte de crédibilité»

C’est au cours de la journée de mercredi que les trois députés du MMM, Rajesh Bhagwan, Veda Baloomoody et Zouberr Joomaye, ont soumis leur démission du comité parlementaire de l’ICAC. Acte qu’ils justifient en évoquant le fait que le MSM a nommé des proches du parti au sein de la commission.

«Nous ne pouvons tolérer cela et continuer à siéger sur ce comité alors que la commission anticorruption perd de sa crédibilité. Il y a eu d’abord la nomination de Shakila Jhungeer, proche du MSM qui avait quitté ses fonctions pour ensuite reprendre sa lettre de démission. Maintenant, un membre de la famille du ministre Roshi Bhadain a été nommé au poste de directeur (NdlR : Kaushik Goburdhun, un cousin)», s’indigne Rajesh Bhagwan.

Maneesh Gobin, le président du comité parlementaire de l’ICAC, estime que la décision du MMM est regrettable. «Ils auraient dû rester pour assumer leurs responsabilités. Ils auraient dû rester pour exprimer leur mécontentement et leur opinion au sein du comité. Qu’ils prennent leurs responsabilités face à l’Histoire», dit-il.

Malgré ces démissions, le comité pourra fonctionner avec cinq membres en attendant que des remplaçants soient nommés par la speaker Maya Hanoomanjee.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires