Paul Bérenger: «Ce n’est pas à la présidente de décider d’amender ou pas la Constitution»

Avec le soutien de
Le «Good Governance and Integrity Reporting Bill» était à l’agenda d’une rencontre tenue entre Paul Bérenger et Ameenah Gurib-Fakim, mercredi 23 décembre.

Le «Good Governance and Integrity Reporting Bill» était à l’agenda d’une rencontre entre Paul Bérenger et Ameenah Gurib-Fakim, mercredi 23 décembre.

Il attendait patiemment de rencontrer la présidente de la République. Et, mercredi 23 décembre, Paul Bérenger lors d'une réunion avec Ameenah Gurib Fakim a évoqué les pouvoirs de nomination accordés à la présidente à la suite du ruling de l’Acting Solicitor General lors du vote du Good Governance and Integrity Reporting Bill.

Selon le leader du MMM, «il faut amender la Constitution puisque désormais c’est la présidence qui détient le pouvoir de nomination après consultation avec le Premier ministre et le leader de l’opposition». Toutefois, précise Paul Bérenger, «ce n’est pas à la présidente de décider d’amender ou pas la Constitution».

Pour rappel, Paul Bérenger avait, lors d’un point de presse, indiqué que son parti envisage de s’en remettre à la Cour suprême si le gouvernement ne rectifie pas le tir. «Il faut revoir la loi et toutes les décisions concernant les nominations», avait expliqué le leader des Mauves.  

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires