Ivan Collendavelloo désavoue SAJ et Business Mauritius

Avec le soutien de
Ivan Collendavelloo lors de l’inauguration de la ferme photovoltaïque de Flacq Coeur de Ville, jeudi 17 décembre.

Ivan Collendavelloo lors de l’inauguration de la ferme photovoltaïque de Flacq Coeur de Ville, jeudi 17 décembre.

Le ministre de l’Énergie n’a pas été tendre envers Business Mauritius, jeudi 17 décembre. Deux jours plus tôt, l’organisme a plaidé pour l’abolition du «stand-by fee» payé au CEB. Et si Ivan Collendavelloo avait déjà montré les premiers signes d’agacement face à cette demande du privé, le Premier ministre, lui, ne s’y est pas opposé.

Le ministre de l’Énergie ne mâche pas ses mots. «Ce que certains veulent que je fasse, c’est Robin des Bois à l’envers. Prendre des pauvres pour donner aux riches. Aussi longtemps que je serai ministre, jamais je n’accepterai cela. Zot kapav met latet anba, lipie lao ek dans tous sali, zot na pa pou gagn sa.» C’était jeudi 17 décembre, lors de l’inauguration de la ferme photovoltaïque du centre commercial Flacq Coeur de Ville.

En effet, Ivan Collendavelloo n’a pas été tendre envers ces membres de Business Mauritius. Ces derniers ont plaidé deux jours plus tôt, lors de la seconde rencontre entre le Premier ministre et le secteur privé à Ébène, pour l’abolition du stand-by fee payé au Central Electricity Board (CEB) par unité de courant produit à partir d’énergie solaire.

Ce frais variable (NdlR : 10 sous, 40 sous ou 70 sous dépendant de la spécificité de l’installation) s’applique aux commerçants qui ont installé des panneaux photovoltaïques industriels. Quand ces derniers n’ont pas de batteries, comme c’est le cas à La Réunion, ils sont obligés de dépendre du CEB qui doit investir pour leur garantir du courant.

Sir Anerood Jugnauth pas briefé ?

Déjà, lors du rendez-vous de haut niveau, mardi 15 décembre, Ivan Collendavelloo a montré les premiers signes de son agacement face à cette demande du privé. Contrairement au Premier ministre qui était, lui, en faveur de cette demande. Est-ce dû au fait que sir Anerood Jugnauth n’ait pas été briefé convenablement sur le sujet ? C’est du moins ce que préfèrent penser les autorités concernées.

En tout cas, pour le ministre de l’Énergie, cette requête n’entre pas dans sa logique d’homme politique. D’autant plus qu’il vient de revoir à la baisse le tarif d’électricité des consommateurs au bas de l’échelle. «Les grands bâtiments, les grands centres commerciaux qui auront un retour en investissements et feront des profits ne peuvent s’attendre à ce que des gens moyens payent pour eux», a ajouté Ivan Collendavelloo face à la presse jeudi.

Le ministre devait par contre saluer l’initiative de Pascal Tsin, le président de Super U à Maurice, qui, dit-il, «est d’accord qu’on ne peut prendre l’argent des ti dimounn pour son business et en même temps pour payer son électricité». «Il participe avec le CEB pour faire une entreprise nationale. C’est un acte de patriotisme», a fait valoir le ministre, sommant tout un chacun à prendre ses responsabilités.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires