Affaire Barthelemy Azie : l’inspecteur Moorghen entendu à l’EOC

Avec le soutien de
Les charges de «forgery et conspiracy» qui pesaient sur Rajesh Moorghen ont été rayées en août.

Les charges de «forgery et conspiracy» qui pesaient sur Rajesh Moorghen ont été rayées en août.

Le meurtre du jeune Barthelemy Azie ne finit pas de faire des vagues. Lundi 14 décembre, l’inspecteur Rajesh Moorghen, ainsi que ses collègues, le sergent Grajille Félicité et les constables Arnaud Gérard et Christian Casimir, ont été entendu dans les locaux de l’Equal Opportunity Commission (EOC) par Brian Glover, le président de la commission. De source fiable, nous apprenons que cette affaire sera également référée au Human Rights Commission.

L’inspecteur Rajesh Moorghen avait porté plainte à l’EOC dans le sillage du meurtre du jeune Barthélémy Azie, à Rodrigues. Alors responsable de l’enquête sur la disparition du garçon, avait fait l’objet d’une accusation provisoire de«Forgery and Conspiracy» le 28 mars 2014. Il lui était reproché d’avoir falsifié la déposition de Simon Azie, père du jeune garçon disparu. On l’accusait d’avoir rédigé et fait signer une fausse déclaration par Simon Azie, dans un document de 15 pages dans lequel le père du garçon aurait supposément porté plainte contre le commissaire de police et plusieurs hauts gradés de la police.

Par la suite, le père du garçon avait été contre-interrogé par les membres d’une unité spéciale de la police. Durant son audition, Simon Azie avait nié avoir tenus les propos qui lui étaient imputés.

Trois autres policiers suspendus

Dans la même foulée, le sergent Grajille Félicité, ainsi que les constables Arnaud Gérard et Christian Casimir avait également été arrêtés et suspendus de leur fonction. La charge d’accusation contre l’inspecteur Moorghen et le constable Casimir a par la suite été rayée en cour de Port Mathurin il y a quelques mois et l’inspecteur Rajesh Moorghen a été réintégré dans ses fonctions.

Il est actuellement posté à la CCID à Port Louis. Quant au constable Christian Casimir, il est actuellement posté au poste de police de Grande- Montagne à Rodrigues. Alors que le sergent Grajille Félicité et le constable Arnaud Gérard attendent toujours d’être fixés sur leur sort.

Mais alors qu’il était interdit de fonction, Rajesh Moorghen n’est pas resté les bras croisés. Il avait porté plainte à l’EOC contre l’ancien commissaire de police pour discrimination ethnique, soutenant qu’il était victimisé par celui-ci à cause de son appartenance ethnique.

Plainte contre le commissaire de police

Toute cette affaire a pour toile de fond l’arrestation de l’Inspecteur Rajesh Moorghen dans le sillage d’une enquête menée par l’inspecteur Ravin Ujhodha dans le cadre d’une autre enquête qui était orientée sur les informations selon lesquelles le père de Barthelemy Azie aurait porté plainte pour négligence contre le commissaire de police et d’autres hauts gradés de la force policière. Plainte que le père du garçon aurait catégoriquement niée dans la presse par la suite.

L’inspecteur avait alors retenu les services de Me Roshi Bhadain, l’actuel ministre de la Bonne gouvernance et des services financiers. L’avocat avait soutenu que Rajesh Moorghen avait été arrêté uniquement parce que le nom de l’ex commissaire de police avait été cité dans la déclaration consignée par Simon Azie le 23 janvier 2014 au poste de police de Grande-Montagne.

Le fil conducteur est l’enquête sur la disparition de Barthelemy Azie, alors âgé de 17 ans, le 1er aout 1999. Suite à la réouverture de l’enquête, 15 personnes avaient été arrêtées et certaines étaient passées aux aveux, expliquant avec forces détails comment les faits s’étaient déroulés le jour fatidique.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires