Bilan: l'alliance Lepep soumise à notre SWOT analysis

Avec le soutien de

Nous avons dressé ci-dessous la liste de tout ce qui peut avoir un impact, positif comme négatif, sur le gouvernement: ses forces, ses faiblesses, ses menaces, ses opportunités. Qu’elles relèvent de décisions prises par l’alliance au pouvoir ou d’aléas extérieurs.

Strengths

  • Compensation salariale 2015 à Rs 600 / Pension de vieillesse à Rs 5 000 – Feels good !
  • Mme Ameenah Gurib-Fakim – une autre dimension à la présidence de la République.
  • Un ministère de la Bonne gouvernance – il était temps d’essayer !
  • Reprise des terres de l’État offertes à Sungkur / Woochit / Gooljaury / Nundlall, etc.
  • Neotown et Jin Fei revus – il fallait mettre un terme à ces «farces» attrape-nigauds…
  • Dubai Ports World et Maritime and Port Authority of Singapore – à la recherche de productivité améliorée et de modèles réussis.
  • Bramer Bank / BAI – parce qu’on a mis le holà à une situation insoutenable de «throwing good money after bad».
  • Remboursement des policy holders, pourtant «couillons», du Super Cash Back Gold de la BAI.
  • Dufry / Frydu – Contrats et commissions occultes dénoncés.
  • Le Parlement travaille, contrairement à la période «koz kozé».
  • Jeux de hasard freinés : la trop grande démocratisation du jeu minait les foyers et passait le mauvais message de l’argent «facile».
  • Quelques nominations de taille : Ramesh Basant Roi, Arnaud Martin, Gerard Hébrard, Ameenah Gurib-Fakim, Rita Venkatasamy. Il en faut encore… et encore…
  • Ouverture du ciel : Emirates Airlines, Turkish Airways, etc., chiffres du tourisme positifs !
  • Baisse du prix de la viande de boeuf et de mouton, mais est-ce bien un travail de ministre ? Et quid des éleveurs locaux ?
  • Deux ministres (Roshi Bhadain et Showkutally Soodhun) se mouillent : l’assistant commissaire de police Heman Jangi a «overdo» dans l’affaire Shakeel Mohamed / Gorah Isaac, disent-ils.
  • Bhadain au Bar Council pour présenter son Good Governance & Integrity Reporting Bill (GGIR) et le débat démocratique qui a mené à une «meilleure» loi que celle proposée au départ.
  • Porlwi by light ! – comme exemple de mobilisation public / privé réussie.
  • Raj Dayal – un ministre qui fonce et qui réussit souvent, même si pas toujours.
  • Chauve-souris – il fallait bien un peu de «culling» pour équilibrer les comptes et manger quelques fruits !
  • Un leadership signé SAJ.
  • Une volonté affichée de collaborer à nouveau avec le secteur privé.
  • Nine-year schooling : en marche ?
  • Baisse du tarif de l’électricité pour les petites consommations. Eau gratuite jusqu’à 6 m3 par mois.
  • Les billets ruisselant hors des coffres de Navin Ramgoolam… Quelle image !
  • Retransmission des travaux parlementaires – c’est acquis ?
  • Inflation à 1,3 % – une bénédiction !
  • Ramgoolam n’est plus là ! Une épiphanie !

Weaknesses

  • “It’s the economy, stupid !” – principe trop souvent miné par la «remise en ordre» et les messages brouillés.
  • Smart Island – parce qu’essentiellement dépendant de la connexion Internet, des finances, des connaissances et des clientèles étrangères, alors que le gouvernement affiche des signaux contradictoires. Par ex. au niveau du troisième câble et du renouvellement des permis de travail ou de résidence, dans l’industrie hôtelière ou dans la zone franche, où l’on a récemment essayé (Compagnie Mauricienne de Textile vs Soodhun) de freiner / bloquer les permis de travail cruciaux des travailleurs étrangers.
  • Tentatives de court-circuiter les droits des autres : ex. l’avoué de Nandanee Soornack «collecté» à l’aéroport / l’usage immodéré de «charges provisoires» et de petites nuits en prison pour mettre un «cracking» / le mandat d’arrêt contre le Directeur des poursuites publiques (DPP).
  • Peur du «politically incorrect». Ex. comment redresse-t-on la Cargo Handling Corporation, la Mauritius Shipping Corporation, les Casinos, l’Irrigation Authority, Air Mauritius, la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), si l’on ne se débarrasse pas de l’emploi factice (souvent partisan…) qui plombe les comptes et l’efficience ?
  • Nominations laborieuses : toujours rien pour le General Manager d’Air Mauritius. Faux coup de barre sur la vice–présidence. Toujours personne à la direction de la MBC, non plus.
  • Le ministère de la Bonne gouvernance ne s’est pas beaucoup occupé de «getting value for money» pour l’argent public. Par exemple, dans les corps parapublics.
  • Le «lev paké alé» à l’Independent Commission against Corruption (ICAC).
  • Le «lev paké alé» tenté avec le DPP.
  • L’enquête «séquestration» sur Dufry par trois ministres un soir à Quatre-Bornes – vraiment pas reluisant…
  • Le traité de non-double imposition avec l’Inde toujours pas signé – une lettre de Vishnu Lutchmeenaraidoo a dû suivre la «signature» de Bhadain, puis sir Anerood Jugnauth a dû plaider le «p’tit frère» dans l’oreille de Narendra Modi…
  • Betamax – le contrat paraissait bien ficelé pour protéger les intérêts du pays. S’il y a eu faute, c’est peut-être au niveau de l’allocation du contrat ? Une «pénalité» aurait mieux valu qu’une rupture de contrat unilatérale qui risque de coûter très cher au contribuable. D’autant plus que l’on transporte le pétrole, depuis, à plus cher que ce qu’aurait coûté le Red Eagle.
  • Le ministre du travail Soodesh Callichurn qui «freeze» les licenciements des casinos – un lourd précédent ?
  • Le ministre Anwar Husnoo qui promet des véhicules duty-free aux marchands ambulants !
  • Le ministre Anil Gayan et sa «blague» sur la méthadone. Plus : “Government is Government and Government decides!’’
  • Plusieurs faux pas – Clairette Ah Hen, Mustaq Oosman, Yogesh Basjeet, André Bonieux, Ken Poonoosamy, Megh Pillay : tous pas bon ? Ashraf Esmael, lui, est OK pour la Bramer et ensuite la National Commercial Ban ? Et Benito Elisa à la SICOM ? Et 60 médecins recrutés sans transparence ?
  • Traitment plus que controversé infligé à Courts (Asia).
  • Airway Coffee n’est pas encore évacué, malgré les dettes. Pourquoi ? Pacte du diable ?
  • Nominations politiques – l’amie Sumputh, le père Bhadain, le fils Dayal, la fille de la Speaker, le voisin Ollivry, le copain Sherry Singh, le conseiller Maunthrooa, le passeur de pommade Mungroo, le quincaillier de la Meat Authority, le magistrat Seetohul, signataire du mandat d’arrêt contre le DPP, etc.
  • La taille des posters d’Ivan Collendavelloo lors de rassemblements «libérateurs».
  • L’enquête de Soodhun sur les pèlerins mauriciens morts à la Mecque et ses félicitations «de circonstance» au prince Salmane pour un «successful» hadj.
  • Les chauves-souris – mauvais «timing» (les petits ne sont pas encore sevrés). Et à quand les mêmes moyens contre les rats, les cancrelats, les mouches et les moustiques ?
  • Voyager par Air Mauritius est «dégradant», d’après le ministre Soodhun – on aurait pu mieux dire…
  • Le même Soodhun Premier ministre par intérim – Iznogoud à la place du calife.
  • Dan Baboo – son livre de chevet reste un mystère et les diables dansent dans son ministère des Arts et de la culture.
  • Un ministre des Finances qui n’aime pas les chiffres et en attendant, le taux de croissance, lui, ne cesse de chuter (de 5,5 % à environ 3,4 %)...
  • Les marchands ambulants – ils ne déambulent peut-être plus depuis longtemps, mais se multiplient toujours, très certainement !
  • Opportunities
  • Prix du pétrole en baisse de 60 %.
  • Prix des matières premières en baisse générale et importante.
  • Les Maldives en pleine crise institutionnelle.
  • Ouverture sur l’Afrique (Ghana, par ex.) – mais avec une part de risque (pour rappel, l’épisode Mozambique !).
  • Dubai Ports World et Maritime and Port Authority of Singapore : le port comme un exemple de comment le pays peut et doit changer pour accéder au statut «high income».
  • Turkish Airlines.
  • Corridor de Singapore Airlines vers l’Afrique.
  • La route Terre-Rouge–Verdun : une occasion de montrer comment «il fallait faire».
  • Le bunkering.
  • Un secteur privé qui joue au père Noël (Rs 1,5 milliard de «compensation» pour une inflation qui ne l’imposait pas).
  • Opposition affaiblie après deux votes sanctions.
  • Majorité de trois quarts potentiellement disponible.
  • Métissage social en marche.
  • Tests PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) réguliers pour faire avancer la qualité de l’éducation.
  • Education hub et meilleures formations professionnelles.
  • Nos réservoirs d’eau sont remplis !
  • Declaration of Assets / Financement des partis politiques / Freedom of Information Act (avec le GGIR déjà voté) : une belle brochette de transparence !
  • Il reste encore QUATRE ANS pour bien faire !

Threats

  • Le mandat de l’alliance Lepep n’est pas un mandat d’adhésion à ses thèses et propositions, mais un mandat de rejet de l’alternative MMMPTr, jugée «pire».
  • L’héritage lourd du précédent régime : BAI / jobs factices / institutions non indépendantes / absence de transparence / contrats douteux.
  • Dollar fort / euro faible – ce qu’il y a de pire pour l’économie, vu nos profils import / export.
  • Le traité de non-double imposition Inde-Maurice en suspens.
  • Les preuves «irréfutables» du Central Criminal Investigation Department contre Shakeel Mohamed (affaire Gorah Issac) – cas potentiellement embarrassant pour le ministre de l’Intérieur.
  • L’appel de Pravind Jugnauth contre sa condamnation à un an de prison.
  • Le procès Boskalis contre Prakash Maunthrooa.
  • Les réclamations en arbitrage de Rs 35 milliards de Dawood Rawat contre l’État.
  • Les réclamations de Rs 5,2 milliards de Betamax à la State Trading Corporation.
  • Les promesses du manifeste qu’il reste à concrétiser et qui seront difficiles à réaliser : Plan Marshall contre la pauvreté / égalité de chances et transparence / chasse aux gaspillages / réduction de la dette publique / deuxième miracle économique / réorganisation de la MBC / salaire minimum / 2 000 logements par an / télévision privée / connexion internet rapide + wifi / Declaration of Assets Act / Freedom of Information Act / etc.
  • Perception de dérive totalitaire.
  • La dette publique à plus de 60 % du Produit intérieur brut, cela réduit la marge de manoeuvre…
  • On pense toujours communal (ex. Menon Murday à la vice-présidence).
  • L’âge et la succession éventuelle du Premier ministre.
  • La corruption n’a pas disparu…
  • Jeunes chômeurs inadaptés aux besoins d’un pays à hauts revenus. À recycler ?
  • Black-out : danger toujours possible ?
  • Les «poupet» qui n’assument pas leurs responsabilités.
  • Bureaucrates encore plus lents, parce qu’encore plus prudents !
  • Maillons faibles dans le cabinet : Dan Baboo, Mahen Seeruttun, Prem Koonjoo etc. et ministres omniprésents : Roshi Bhadain, Showkutally Soodhun, Xavier-Luc Duval : un cocktail détonnant ?
  • Développement versus environnement.
  • L’industrie de la crédulité et de l’argent sans effort.
  • Instabilités diverses dans l’air : Daech, le culte de l’argent facile et des «bout», changement climatique et catastrophes naturelles, drogue «C’est pas bien», euro faible, etc.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires