Bérenger sur Gorah Issac: «Si bizin mwa ankor mo la»

Avec le soutien de
Bérenger a une nouvelle fois commenté la nomination de Rita Venkatasawmy comme Ombusperson for Children lors d’un point de presse, mercredi 9 décembre.

Bérenger a une nouvelle fois commenté la nomination de Rita Venkatasawmy comme Ombusperson for Children lors d’un point de presse, mercredi 9 décembre.

Son nom a également été cité dans l’affaire Gorah Issac. Et lors d’une conférence de presse, mercredi 9 décembre, Paul Bérenger est revenu à la charge sur ce dossier. Si le leader de l’opposition affirme avoir dit tout ce qu’il avait à dire à ce sujet en 1996 et 2000, il indique être à la disposition de la police dans cette affaire.

«J’ai dit tout ce qu’il y avait à dire lorsque cette affaire a éclaté mais j’ai entendu dire que la police a perdu le dossier. Mais, ‘si bizin mwa ankor mo la’», a précisé le leader des Mauves. Paul Bérenger a ajouté qu’en 1996, l’escadron de la mort avait tenté de tuer Navin Ramgoolam pour ensuite mettre la charge sur son dos. «Sous le régime de Ramgoolam toute cette affaire avait pris de l’ampleur mais lorsque je suis devenu Premier ministre tout a pris fin», a-t-il poursuivi.

Autre dossier traité: le pouvoir de nomination par la présidence de la République concernant des postes constitutionnels. Le leader du MMM a adressé une lettre à la présidente par intérim Monique Ohsan-Bellepeau concernant la nomination de Rita Venkatasawmy comme Ombusperson for Children. Nomination faite par la présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim la semaine dernière.

La lettre adressée par Paul Bérenger à la présidente Monique Ohsan-Bellepeau.

«C’est très grave. On est supposé être dans un Etat de droit. Je n’ai rien contre Rita Venkatasawmy mais cette nomination est anticonstitutionnelle et illégale. C’est choquant la légèreté avec laquelle SAJ prend tout cela», affirme Paul Bérenger. Le leader de l’opposition dit attendre un rendez-vous avec la présidente de la République dès son retour au pays. Et d’ajouter qu’il est prêt à avoir recours à la Cour suprême si besoin est.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires