Choisie pour être vice-présidente: Vidya Narayen décline

Avec le soutien de
(Photo d’archives) Vidya Narayen avait été pressentie pour occuper le poste de vice-présidente de la République.

(Photo d’archives) Vidya Narayen avait été pressentie pour occuper le poste de vice-présidente de la République.

Choisie pour être vice-présidente de la République, Vidya Narayen avait déclaré, il y a quelques jours, qu’elle «ne s’attendait guère à cela. Mon nom a été cité out of nowhere et, comme tout le monde, je suis surprise». Une proposition que l’ancienne Ombudsperson for Children a fini par refuser, le mardi 8 décembre.

A quoi cette décision est-elle due ? «Dans la conjoncture actuelle, je ne suis pas intéressée à être considérée  pour le poste de  Vice-président  de la République de Maurice. Je veux rester au-dessus de toute controverse»,  dit Vidya Narayen dans un communiqué émis par le bureau du Premier ministre mardi.

 

Le poste de vice-président de la République continuera à être assumé par Monique Agnès Ohsan Bellepeau jusqu’à la nomination de son successeur l’année prochaine.

On se rappellera que le choix du gouvernement a provoqué une polémique. Cela, même si le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, n’a pas tari d’éloges sur elle. «Li enn telegou me li marye dan fami tamoul. Sa carrière est exemplaire. Elle est avocate et était l’ Ombudsperson for Children avant. Vidya Narayen pourra faire honneur à notre pays», avait-il déclaré.

Mais dans la circonscription nº 13, à Rivière-des-Anguilles-Souillac, des sympathisants du MSM avaient crié leur colère. Ils sont d’avis que c’est Menon Murday, candidat battu aux dernières élections générales, qui aurait dû occuper le siège de vice-président.

Menon Murday s’était d’ailleurs dit «humilié» par les propos tenus à son encontre par le Premier ministre. Lors de la célébration des 25 ans de la Murugan Foundation au Mahatma Gandhi Institute, le dimanche 6 décembre, SAJ avait affirmé avoir été «surpris» en prenant connaissance du profil professionnel de Menon Murday. «J’ai été surpris d’apprendre qu’il était un attendant, qu’il était le président de la Fédération tamoule et qu’il faisait face à une motion de blâme. Est-ce que je peux faire de cette personne un vice-président ?»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires