Gris-Gris rattrapé par l’érosion

Avec le soutien de
Selon des habitants de Gris-Gris, les quads utilisés pour des randonnées creusent des ornières et empêchent l’herbe de pousser là où ils passent. [PHOTOS : DEV RAMKHELAWON]

Selon des habitants de Gris-Gris, les quads utilisés pour des randonnées creusent des ornières et empêchent l’herbe de pousser là où ils passent. [PHOTOS : DEV RAMKHELAWON]

«Nous voudrions que tout redevienne comme avant…» C’est le cri du coeur des résidants de Gris-Gris. Surtout au vu du problème d’érosion qui menace le site menant vers la falaise de la Roche qui pleure. Pour des habitants, pas de doute possible : le principal responsable de la dégradation de l’endroit n’est autre que le… tourisme écologique.

«C’était tout vert ici», lâche Armand Maudave, en montrant le sentier qui mène à la falaise de la Roche qui pleure. Il habite Gris-Gris depuis 65 ans. «C’était le site de ponte des tortues jusqu’au jour où les pique-niqueurs ont tout détruit. On trouvait même des baleines et des dauphins à 30 ou 40 mètres du rivage. C’était un beau spectacle», regrettent des habitants. Ce que confirme Françoise, une habitante de la région, que nous avons rencontrée sur place : «C’est un endroit remarquable. Depuis quelque temps, on trouve des dégâts partout…»

Selon des résidants, les quads de la compagnie Big Foot Adventure, chargés de véhiculer les touristes lors de randonnées, auraient ravagé la partie gazonnée donnant sur l’océan. Qui plus est, ajoutent-ils, depuis quelque temps, les engins motorisés s’aventureraient vers le monticule de la Roche qui pleure, arrachant l’herbe sur leur passage. «Avec les récentes pluies, cette terre se déverse dans la falaise. Il n’y a plus de gazon pour retenir l’eau», soutient Armand Maudave. Les habitants craignent que les grosses pluies ne viennent aggraver la situation.

«Toute activité humaine a un impact sur l’environnement.»

Les quads ont aussi été montrés du doigt par le foyer de l’Unité, qui se trouve à quelques mètres. Alors que le lieu est connu pour des retraites silencieuses, les responsables de l’établissement se sont plaints des engins qui circulaient à proximité. Le prêtre a eu une discussion avec Big Foot Adventure, qui se trouve dans l’enceinte des Lodges d’Andréa. Et «depuis quelque temps, les quads ne s’approchent plus du foyer».

«On ne passe plus à cet endroit», confirme Christopher Lamb, moniteur chez Big Foot Adventure. Pour ce qui est de la dégradation de la région de Gris-Gris, le moniteur n’en démord pas : «Toute activité humaine a un impact sur l’environnement. Aujourd’hui, ce n’est pas que le passage des quads qui en est la cause.»

Selon Christopher Lamb, la compagnie avait déjà décidé de ne plus utiliser ces pistes «pour laisser au gazon le temps de pousser». Entre-temps, «on est disposé à aménager un espace plus pratique pour un parking». Le moniteur précise que ce sont les employés de Big Foot Adventure qui entretiennent les sentiers et qui ramassent les ordures laissées sur place.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires