Fifa: le président de la Confédération brésilienne se met à l'écart (CBF)

Avec le soutien de

Le président de la Confédération brésilienne de football, Marco Polo Del Nero, a interrompu provisoirement ses fonctions pour "se consacrer à sa défense" devant le comité d'éthique de la Fifa "et la justice américaine", a annoncé la CBF dans un communiqué jeudi.

M. Del Nero a désigné son vice-président, Marcus Antonio Vicente, pour assumer ses fonctions "à titre intérimaire", est-il précisé.

"Le président Marco Polo Del Nero a présenté une demande de mise en disponibilité dans le but de se consacrer à sa défense après avoir vu son nom mentionné dans des procédures de la justice nord-américaine et du comité d'éthique de la Fifa", indique encore le communiqué de la CBF.

"Dans aucune des procédures mentionnées, le président n'a eu connaissance des accusations dont il fait l'objet, mais il est certain de pouvoir prouver son innocence à partir du moment où il pourra exercer ses droits constitutionnels au débat contradictoire et à une ample défense", ajoute la confédération brésilienne.

La chambre d'instruction du comité d'éthique de la Fifa, interrogée par l'AFP jeudi, a indiqué qu'elle avait ouvert une enquête concernant M. Del Nero depuis le 23 novembre, confirmant des informations de la presse brésilienne. Elle n'en a pas précisé les motifs.

La CBF avait annoncé le 26 novembre que M. Del Nero renonçait à son poste au sein du comité exécutif de la Fifa, l'instance mondiale du football, sans donner de raison.

Son prédécesseur à la tête de la Fédération brésilienne, Jose Maria Marin, faisait partie des hauts responsables de la Fifa interpellés le 27 mai dernier à Zurich (Suisse). Il a été extradé vers les Etats-Unis le 3 novembre et placé en détention.

Depuis fin mai, la Fifa est cernée par les affaires, sur fond de corruption présumée à grande échelle, entre enquêtes internes et coups de filet des justices suisse et américaine.

L'enquête de la justice américaine vise conjointement MM. Del Nero et Marin, mais aussi leur prédécesseur Ricardo Teixeira, dont les mandats (1989 à 2012) à la tête du football brésilien avaient été entachés par de nombreuses accusations de corruption.

Selon l'édition brésilienne du site sportif ESPN, la justice américaine accuse les trois hommes de s'être répartis des pots-de-vin versés par le président de l'entreprise Traffic en échange de contrats de droits de retransmission de la Coupe du Brésil entre 2013 et 2022.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires