L’amendement constitutionnel voté: SAJ déplore «l’hypocrisie» du PTr

Avec le soutien de

«Le gouvernement a déclaré la guerre à la corruption.» Lors de son summing-up des débats sur l’amendement constitutionnel proposé dans le sillage de la loi sur l’enrichissement illicite, sir Anerood Jugnauth s’est réjoui du consensus trouvé parmi les parlementaires, même si le PTr y a apposé son veto. «Ce sont des mesures courageuses et historiques et elles sont déterminantes dans notre lutte contre la fraude et la corruption. Il s’agit d’empêcher des personnes peu scrupuleuses de s’enrichir, surtout dans l’immobilier», a-t-il fait ressortir.

L'amendement constitutionnel a été voté à une majorité de 65 députés contre 4 qui ont voté contre, soit Ezra Jhuboo, Osman Mahomed, Shakeel Mohamed et Ritesh Ramphul.

Pour le Premier ministre, ce projet de loi est fondamental car il délimite «la société que nous voulons pour nos enfants». C’est pour cela qu’il trouve dommage que des députés du PTr essaient d’empêcher cette «avancée historique». «Je trouve leur hypocrisie sur ce dossier très déplorable. Quand l’on veut faire le bien, on ne fait pas que parler, on agit.»  

Sir Anerood Jugnauth soutient ainsi ne pas comprendre pourquoi les membres du PTr refusent de voter cet amendement. Mais «ils ont probablement de bonnes raisons de s’inquiéter. Sous leur règne, la corruption a évolué à un degré alarmant. Cela paralysait le développement du pays». Pour SAJ, en refusant de voter cet amendement, ils sont en train d’aller contre la volonté de la population.

«Nous n’avons pas d’agenda caché. Aucun individu précis est spécifiquement ciblé, mais uniquement les biens mal acquis.»

D’autres mesures suivront pour renforcer l’arsenal légal contre la corruption, a promis SAJ. Il cite notamment la New Declaration of Assets Act, la Financing of Political Parties Act et la mise sur pied de la Financial Crime Commission. «Nous avons déjà commencé à travailler sur cette législation et nous allons tenir notre engagement.»

SAJ est ensuite revenu sur l’objectif de cet amendement constitutionnel. «Traquer les richesses illicites accumulées par certains individus au dos d’une population honnête et travailleuse.» «Nous n’avons pas d’agenda caché, a insisté SAJ en précisant,qu’aucun individu précis est spécifiquement ciblé, mais uniquement les biens mal acquis.»

De plus, a soutenu SAJ, les amendements à ce projet de loi mais aussi au Good Governance and Integrity Reporting Bill devraient rassurer ceux qui avaient exprimé leurs craintes.«Je dois aussi souligner que nous ne sommes pas en train de déroger au principe de séparation des pouvoirs, comme l’a souligné Anil Gayan, après les commentaires de Shakeel Mohamed.»

Pour SAJ, des mesures exceptionnelles sont nécessaires pour ces circonstances exceptionnelles. «It is time to live up to the expectations of the people of this country. The choice before us is therefore very clear and that is to put the country first and be on the right side of history.  I therefore call upon every Honourable Member to fulfil their duty towards the nation»,a conclu SAJ. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires